Dis-moi quelle est la couleur de ton hydrogène et je te dirai qui tu es.

La transition énergétique, depuis le temps qu’on en parle, on se dit que ce serait sans doute bien le moment de migrer des énergies fossiles vers les énergies décarbonnées.

Dans le mix énergétique du futur, l’hydrogène semble voué à jouer un rôle. Oui, mais quel rôle exactement ?

Certains l’annoncent comme le remède miracle, d’autres nous disent « pas avant 30 ans », finalement on se demande bien par où on commence, qu’est-ce qu’on migre, qu’est-ce qu’on change…

Si les technologies sont prêtes et n’attendent plus que nous, pourquoi alors les migrations (passage du fossil à l’hydrogène) et les changements d’habitude, de comportements et d’achats se font encore attendre ? C’est quoi l’excuse !!!???

En cherchant à comprendre ce qui motive ou freine l’adoption de l’hydrogène, le code couleur semble important !!!

Pour se faire une idée, l’article de Mickaël CORREIA publié le jeudi 19 Aout 2021 sur Mediapart et sur Slideshare, nous donne quelques pistes pour comprendre.

« L’hydrogène est vanté par les industriels et les gouvernements du monde entier comme la nouvelle énergie «propre» censée nous sauver du chaos climatique. Financé à coups de milliards d’euros d’argent public, l’hydrogène s’avère pourtant nocif pour le climat comme le révèle une dernière étude scientifique » selon Joëlle Leconte.

POur Lombard Odier, c’est la voix à suivre.

Alors, cet hydrogène, solution miracle ou nocive ? Rêve de la transition ou cauchemar de la décarbonation ?

Il y a débat, alors comment savoir ?

S’il existe plusieurs couleurs, comment s’y retrouver ? Quelle couleur choisir ? Comment être sûr de ne pas se tromper ?

Pour les non-initiés, l’hydrogène existe en vert, en bleu, en jaune, en gris, ou en « nature » et tous les pays ne semblent pas choisir la même couleur. On évoque même 50 nuances !!! Et oui, on arrive même à faire du sensuel dans l’industrie de l’énergie !!!

La pile à combustible, elle aussi, fait débat.

Perdu au milieu de ces débats d’experts aux enjeux économiques colossaux, comment faire pour faire la part des choses et pour décider par soi-même de la meilleure option de décarbonation ?

Qu’en pensez-vous ? Sur quelle option misez-vous ?

Si les robots font tout le travail, qu’allons-nous faire de notre temps libre ?

Au moment où Elon Musk annonce l’arrivée de ses humanoïdes, et en pleine mutation des formes de travail et de qualité de vie, à quoi allons-nous désormais occuper nos journées ?

  • Allons-nous juste avoir rien à faire (ennui total ou vacances perpétuelles) ?
  • Est-ce que cela va au contraire nous permettre de réaliser toutes nos envies créatives et découpler notre motivation, enfin débarassés des tâches ingrates ?
  • Allons-nous tous devoir nous mettre à programmer des robots, pour qu’ils deviennent nos parfaits petits domestiques ?
Annonce du Tesla Bot par Elon Musk, le 20 Août 2021

L’annonce du robot humanoïde de Tesla pose pas mal de questions, et nous invite à regarder ce qui se passe dans l’industrie de la mobilité. Bon nombre de technologies testées par les voitures et les avions, peuvent désormais équiper des humanoïdes.

« Fondamentalement, si vous pensez à ce que nous faisons actuellement avec les voitures, Tesla est sans doute la plus grande entreprise de robotique du monde, car nos voitures sont comme des robots semi-sensibles sur roues », a déclaré Elon Musk.

« Avec l’ordinateur de conduite entièrement autonome, […] qui continuera d’évoluer, et Dojo et tous les réseaux neuronaux qui reconnaissent le monde, qui comprennent comment naviguer dans le monde, il est assez logique de mettre cela sur une forme humanoïde. »

Le robot est « destiné à être amical (encore heureux !!!) et à naviguer dans un monde conçu pour les humains », a-t-il ajouté. Il a également précisé qu’ils le développent de manière à ce que les humains puissent le fuir (là, cela fait déjà plus peur) et le maîtriser facilement.

Il pèsera 125 livres et aura une démarche de 8 km par heure, (je ne sais pas trop pourquoi, sans doute une question d’équilibre…) et son visage sera un écran qui affichera des informations importantes.

Il est intéressant de noter qu’Elon Musk imagine que cette machine remplacera une grande partie des tâches humaines fastidieuses qui occupent actuellement la vie de tant de gens – pas seulement le travail, mais aussi des choses comme les courses et d’autres tâches quotidiennes. Il a évoqué un avenir dans lequel le travail physique serait un choix, (ok, mais quel choix!) avec toutes les implications que cela pourrait avoir pour l’économie.

Il est intéressant de noter qu’Elon Musk imagine que cette machine remplacera une grande partie des tâches humaines fastidieuses qui occupent actuellement la vie de tant de gens – pas seulement le travail, mais aussi des choses comme les courses et d’autres tâches quotidiennes. Il a évoqué un avenir dans lequel le travail physique serait un choix, avec toutes les implications que cela pourrait avoir pour l’économie.

« À long terme, je pense qu’il faut instaurer un revenu de base universel », a déclaré Elon Musk. « Mais pas tout de suite parce que le robot ne fonctionne pas ».

Elon Musk a terminé en invitant les ingénieurs à « rejoindre notre équipe et à nous aider à construire cela. »

N’oubliez pas que Tesla n’est pas le seul constructeur automobile, ni même la seule entreprise, à produire un robot humanoïde. Le robot Asimo de Honda existe depuis des décennies et il est incroyablement avancé. Toyota et General Motors ont également leurs propres robots, alors pourquoi sommes-nous si excités par celui de Tesla ? Le pouvoir magique des gurus du marketing de l’entreprise, peut-être ?

Est-ce simplement parce que c’est Tesla ? Ou est-ce à cause de ce superordinateur basé sur la vision, potentiellement très puissant, qui l’alimentera ?

Qui sait si ce robot humanoïde donnera lieu à quelque chose, mais nous continuerons à nous divertir avec les mises à jour de Tesla jusqu’à ce que nous puissions acheter l’une de ces choses dans un magasin et l’emmener chez nous pour acheter nos œufs.

Pour vous, cette intelligence artificielle, c’est plutôt de l’utopie ou c’est un signal fort que la réalité rattrape la fiction beaucoup plus vite que nous l’imaginions ?

Qu’en pensez-vous ?

Du plan climat à votre cahier d’idées

Urgence climatique, plan climat, loi pour le climat, journées mondiales diverses et variées, COP 25, 26, 27, 28, débat sur la transition énergétique ou l’économie bas carbone… ce ne sont pas les grands plans stratégiques et les grandes rencontres au sommet qui manquent, avec pour objectif commun la baisse des émissions de CO2 et de gaz à effets de serre. Fresque, jeux, colloques, votes, les initiatives s’enchaînent, il y a urgence. Malgré toutes ces bonnes volontés, on a parfois l’impression que rien ne bouge.

A l’autre bout de la chaîne, vous, moi, en train de nous demander ce que nous pourrions bien faire à notre humble niveau, dans nos habitudes ou comportements de tous les jours pour contribuer concrêtement à améliorer les choses, ou au moins à ne pas les empirer.

Entre ces approches macro (que certains critiqueront comme étant « hors sol », sans plan d’action et donc sans réel impact ou résultat), et votre cahier d’idées ou le mien sans moyen, comment trouver le bon chemin, celui qui consiste à avoir un impact plus grand qu’au niveau individuel, sans pour autant tomber dans les pièges de la réunionite qui n’avance pas et ne mène à rien ?

Dès lors, comment passer du « micro au macro » et du « macro au micro » sans se perdre ?

Ce « morceau du milieu » qui manque, je crois qu’il tient en fait, aux outils et aux méthodes qui permettent aux bonnes idées d’être testées et expérimentées à une plus grande échelle, et d’être facilement adaptable, réplicable, modifiable pour être déployées et adoptées par d’autres ailleurs. Comment faire pour que ce « mix & remix » de votre idée fonctionne ?

Très bien alors, admettons que nous ayons une bonne idée, avec un impact environnemental positif, par où commencer ?

C’est justement ce sur quoi nous travaillons avec les différents cercles de médiation de Syntezia sur des sujets tels que :

  • Le transport longue distance intense en carbone (comprendre pour ou contre l’hydrogène vert des bus, camions, bateaux, avions!)
  • Les nouvelles formes de mobilité urbaine décarbonnée (one-wheel, e-scooter, vélo électrique, trotinette, vélo cargo, EV…)
  • Le smart home, le smart building et le smart city (c’est bien gentil d’être smart à tous les niveaux, mais comment mesurer l’impact réel une fois que les usagers arrivent dans les murs !)
  • Les énergies décarbonnées du futur (hydrogène, batteries, micro-grid…)
  • L’économie circulaire (notamment dans le textile et la mode, que nous savons si problématique)
  • Les alternatives aux plastiques à usage unique
  • La protection de la biodiversité terrestre et marine
  • Les projets de digitalisation, objets connectés, intelligence artificielle, RPA, wearables, qualité de vie, blockchain ou crypto-monnaies (qui font beaucoup parler d’eux ces temps-ci)
  • Réduire les emballages (éco-conception, vrac…)

Nous participons avec nos idées et nos projets innovants à alimenter le dispositif suisse d’accélérateur d’innovation, qui permet un accompagnement méthodologique (par les fablabs et les living labs) et un financement des idées retenues mois après mois par un jury appelé « innovation committee ».

Concrêtement, qu’est-ce que cela permet de faire avec les bonnes idées ?

Vos idées peuvent être partagées publiquement sur une plateforme d’innovation ouverte afin de recevoir des commentaires d’autres acteurs de l’innovation. Il y a de la valeur dans l’échange, dans les commentaires, et c’est aussi parfois une bonne façon d’identifier un futur partenaire, qui cherche à faire sensiblement la même chose que vous ! Cela peut aussi permettre à un recruteur ou à des financiers de trouver des projets à impact.

Comment savoir si mon idée a le potentiel d’aller plus loin ?

Nous avons tout un processus pour cela, cela commence par la constitution d’une équipe de 2 personnes minimum (tout seul, c’est moins drôle!), l’ébauche d’une idée de décarbonation, vous pouvez ensuite la soumettre et vous rapprocher de nous pour étudier ensemble comment notre démarche de living lab (proche de celle du design thinking, avec une emphase particulière sur l’empathie et l’impact) va pouvoir vous aider à bien vous préparer avant de passer devant le jury et de savoir si votre équipe et si votre idée peuvent être accompagnées méthodologiquement et financées.

Si ça m’intéresse, et si j’ai une idée, je fais comment ?

Nous vous invitons simplement à vous faire connaître avec ce formulaire simple et nous vous contacterons très rapidement pour prendre rendez-vous, et discuter de la meilleure approche méthodologique pour se structurer.

Là tout de suite, je n’ai pas vraiment l’idée du siècle, mais le sujet m’intéresse, et je donnerais volontiers un coup de main, comment faire ?

Cela tombe bien, de nombreuses équipes émergentes cherchent des compétences, des co-financements et des partenaires de mise en oeuvre, et cela pourrait être vous !

Nous organisons des séances pour faciliter les rencontres, la mise en réseau par thème et les discussions.

Pour être tenu au courant de nos futurs match-making, vous pouvez nous envoyer un message (par mail à l’adresse yves.zieba@syntezia.com) et suivre nos pages LinkedIN pour ne rien manquer (digitalisation, mode et luxe durable, énergie renouvelable et hydrogène, mobilité décarbonnée, smart building & smart city, biodiversité terrestre et marine)

Qu’en pensez vous ?

La recette gagnante du bootcamp santé

  • Comment créer la rencontre entre les soignants, les patients et les « innovateurs » ?
  • Comment orchestrer cette collaboration pour qu’elle soit fructueuse en terme d’idées et de projets ?
  • Quelles avancées concrètes peuvent ressortir d’une telle initiative ?

Je me posais ces questions et quelques autres avant d’aller participer le week-end dernier au Defisource 2021 organisé par Silab et l’Ecole La Source à Lausanne (#defisource #silab #ecolelasource).

Sans préjuger des résultats du Day D (aujourd’hui!) et du format de pitch de 4 minutes qui se déroulera aujourd’hui en live sur YouTube, je peux déjà témoigner du niveau d’engagement des équipes, du bon sens (qui manque parfois cruellement dans d’autres format purement « tech ») et de l’originalité de leur propositions.

Lorsque le « groupe cible » se trouve être des patients ou des soignants ou les deux (modèle bi-face), évidemment cela raisonne fort et on se retrouve assez logiquement en posture d’empathie, les besoins semblent parfois évidents et avérés.

Cela ne nous a pas empêché de travailler sur les mêmes modèles (faisabilité, viabilité économique, attractivité de la proposition de valeur, segmentation des groupes clients, modèle économique, préparation au pitch).

Côté technologique, ce ne sont pas les options qui manquent, objets connectés pour détecter et alerter, réalité virtuelle, format moderne de transformation de compétences (lorsque l’on doit changer de fonction très rapidement et assimiler de nouveaux savoirs et de nouvelles compétences en un temps éclair), robotique, scan et impression 3D pour le médical, pour ne citer que quelques options technologiques, croisées pendant ce camp d’entraînement intensif pour l’apprentissage de différents types de compétences.

C’était également une sorte de « rentrée des classes » présentielles des coachs de l’écosystème et donc forcément un vrai plaisir pour moi de les retrouver. Difficile d’imaginer meilleure ambiance et meilleures conditions pour co-créer, développer, tester et expérimenter ses idées que le Silab.

L’autre bonne nouvelle, c’est que vous pouvez vous aussi participer à l’aventure, rien de plus simple, il vous suffit de vous connecter sur YouTube pour voir les pitchs de 4 minutes (les équipes ont travaillé très dur pour en arriver là).

Sans spoiler les projets, je crois bien que l’équipe du défi source a trouvé la formule gagnante, et je vous promet que cela promet (sic) !

Voici le lien! https://dday.eventwise.ch/fr (gratuit et inscription obligatoire)

Les équipes vont devoir vous convaincre, vous le public inscrit.

Elles devront aussi convaincre le jury de la pertinence de leur solution innovante.

Les projets qui remporteront le plus de voix se verront décerner un ou plusieurs prix.

3 heures pour faire le tour du management de projet d’innovation

Grand moment aujourd’hui, j’ai pu enseigner le management de projet d’innovation, dans toutes ses dimensions, et dans un format unique de 3 heures, alliant théorie et pratique.

images

L’occasion donc de packager différents éléments de notre bibliographie, dans un seul cours, avec un format digeste pour les apprenants.

formation-entreprendre-innovation-technologie

 

Dans notre curriculum, nous avons pu inclure tous les processus et toutes nos méthodologies qui fonctionnent :

  • L’effectuation
  • Le design thinking (c’est essentiellement là dessus que nous avons appliqué la théorie de l’approche Stanford à la pratique des projets innovants aujourd’hui)
  • L’innovation de rupture
  • L’innovation frugale (faire mieux avec moins!)
  • Le design centré sur l’humain
  • Le management d’équipe innovante (recrutement, motivation, formation, fidélisation)
  • Les parcours des entrepreneurs atypiques
  • La force de la différence
  • Le prototypage rapide

diversity

Belle énergie dans la classe et de nombreux enseignements sur la capacité de la génération Z à s’approprier l’innovation de façon dynamique, interactive et résolument moderne.

Vivement la prochaine séance !

 

 

Ouvre-moi la porte de l’innovation

Dans cet article publié par Le Pôle Education, nous explorons plusieurs pistes qui permettent aux enfants et aux adolescents de se rendre compte du style de vie des entrepreneurs, de leurs contraintes, de leurs challenges, de leur réussite, et nous les emmenons dans les innovations d’usage et de processus, afin qu’ils se rendent compte de l’intérêt de ce qu’ils apprennent  à l’école, pour les métiers qu’ils devront inventer.

telechargement

Alors oui, plutôt que de les laisser passifs devant leurs écrans, invitons les dans les tiers-lieux, emmenons les dans les fablabs, dans les living labs les plus proches de chez vous. C’est sans doute en partie dans ces espaces que s’inventent aujourd’hui, les métiers qui seront les leurs demain.

images

 

Une fois sur place, la diversité des projets et des compétences sur site, devrait les aider à éveiller leur curiosité suffisamment pour qu’ils souhaitent rapidement apprendre et développer leur propre projet de leur propre initiative, et retrouver le plaisir de réaliser quelque chose de concret, inventé, conçu et fabriqué de leurs propres mains.

Que ce soit pour les aider à s’orienter ou pour développer une de leur passion, cela va leur permettre de résoudre des problèmes, de travailler en équipe, de collaborer avec d’autres générations, et de « vivre la vie » des entrepreneurs proches d’eux.

Cela devrait les aider à prendre leur envol !!!

telechargement-1

 

Communiquer efficacement

Le 28 Septembre 2016, je serai près de Bellegarde sur Valserine pour aller à la rencontre des entrepreneurs et des dirigeants d’entreprise de TPE / PME pour une conférence et une série d’atelier sur le thème « Communiquer efficacement ». L’idée, c’est de comprendre les priorités des chefs d’entreprise, leurs contraintes (notamment en temps) et de leur proposer des solutions concrètes et pragmatiques pour avoir un retour positif sur leur effort et leur investissement en communication d’entreprise.

Pour plus d’information, cliquez ici.

pexels-photo-110469-medium

Bratislava, initier une collaboration européenne autour des objets connectés

Nous nous étions donné rendez-vous à Bratislava en plein mois de Juillet, pour échanger entre écosystèmes des « objets connectés », IOT, thème choisi pour initier une série de conférences pour mettre en place des collaborations concrêtes entre la Slovaquie, actuelle présidente de l’Union Européenne, les pays du V4 (Slovaquie + République Tchèque, Pologne et Hongrie) et leurs partenaires européens, notamment la France.

P1230135

En plein Euro de football, et en plein Brexit, c’était passionnant de voir comment la Slovaquie et les pays de V4 voient les choses.

P1080070

Le rendez vous avait été particulièrement bien préparé avec notamment le soutien de l’institut français, de la chambre de commerce franco-slovaque, de l’ambassade et du label French Tech, venu soutenir les meilleurs startups françaises, et participer à un des premiers évènements phares de la présidence slovaque au sein de l’Union Européenne.

Discours du président slovaque, et des officiels CCI, SBA… 

 

Après un mot de bienvenu du Président, nous avons pu assister à des tables rondes, des pitchs de start-ups, échanger sur des stands, et participer à des séances de speed-networking avec des partenaires triés sur le volet.

Les tables rondes thématiques

Du beau monde de passage sur les stands

Il fallait se frayer un chemin entre les différents acteurs de l’industrie IOT.

Entrepreneur, startup, fablab, living labs, hackerspace, coworking spaces, universités, faculté, centre de recherche, techno transfert, knowledge transfert, ambassadeur, ministres, chambre de commerce, promotion économique, Business France, French Tech, Institut Français, investisseurs, gros industriels (Orange, Dassault…).

 

P1080066

L’écosystème francophone venu en force.

P1230111

De gauche à droite, des représentants de NUMA; de la IOT Valley de Toulouse et de Pangloss , parmi les écosystèmes de Paris, de Bordeaux, de Normandie, de Corse, et d’Auvergne Rhône-Alpes, étaient venus pitcher les meilleurs projets IOT de France, soutenus par la French Tech et venus aussi découvrir les projets émergents des startups émergentes venus des pays V4.

Les pitchs: 3 minutes pour séduire.

Les pitchs et les keynotes se sont succédés pour rythmer la journée. Virtual Realité, réalité augmentée, caméra 360 immersive, application de dating géolocalisé, objets connectés, des tonnes de capteurs, des displays digitaux pour afficher les statistiques de réseaux sociaux, des smart bots, de l’intelligence artificielle, des robots, des solutions de valorisation des déchets, du smart home, du smart city, des smart objects, des SOO… il n’y avait que du smart !

Parmi les keynotes, celle d’Hyperloop n’est pas passé inaperçu. Dans quelques années, Bratislava devrait être relié à Vienne par une capsule allant à la vitesse du son, mettant ainsi les deux capitales, à 9 minutes l’une de l’autre au lieu d’une heure. Cela laisse rêveur, vivement que nous ayons cela entre Genève, Lausanne, Lyon, Milan, Turin et Zurich !!!

Intéressant aussi de découvrir que cette nouvelle folie visionnaire d’Elon Musk, devrait utiliser des technologies provenant de nos amis et voisins du CERN.

Histoire de bien ringardiser les transports en train actuels, Bebop Gresta, nous a rappelé que l’écart des rails, suit la logique de la largeur de l’arrière train de deux chevaux du temps de l’Empire Romain. Et que cela n’a pas changé depuis !

Toujours difficile (et un peu stressant!) de passer en pitch de 3 minutes, juste après un orateur tel que Bebop  Gresta, alias « le cowboy », un habitué des studios de CNN, qui semblait tout droit sorti de la série « Silicon Valley ». Bebop nous a présenté le projet Hyperloop, et souhaitait aussi attirer les talents vers le projet. Questionné sur « pourquoi il avait laissé pousser sa barbe, il nous a aussi révélé qu’il ne contrôlait plus l’aspect visuel de sa barbe, et que son look était depuis longtemps entre les mains de conseiller en image ». Comme quoi, la mode, le style, le look, et les technologies disruptives, ne sont deux mondes si éloignés que cela.

 

P1230060

Le pitch de Pangloss et de nos projets IOT, notamment notre SmartLab s’est très bien passé (2:57 min pour être précis! j’avais laissé 3 secondes pour les questions du public ;-)) et surtout des supers contacts venus nous voir, parmi les acteurs de l’écosystème IOT les plus innovants.

Soirées chez l’Ambassadeur et au château

IMG_0961

…histoire de remercier les organisateurs et de poursuivre les discussions de partenariats.

La France ce soir-là a battu l’Allemagne 2-0, c’était le soir de Griezmann, cela nous a permis de fêter cela dans le centre ville.

Ensuite, il nous a fallu quitter Bratislava pour un retour vers Vienne en bus et Genève en avion, avec de nouvelles perspectives sur l’avenir de l’Europe, plein d’idées et de projets collaboratifs à concrétiser.

 

Votre première impression 3D, faites la vous même !

Hyper technique ? Méga compliqué ? Un truc réservé aux geeks et aux hackers ?

d9673ecb926af5ae

 

Mais non, tout au contraire, l’impression 3D n’a jamais été aussi accessible. Suivez ces quelques étapes, et vous verrez que c’est un jeu d’enfants (d’ailleurs les enfants l’ont bien compris !). Nous voulons vous prouver que c’est faisable et même facile et accessible pour tous.

1- Designer, rendre réelle votre objet virtuel ou reproduire avec un scanner 3D ?

Votre premier choix va consister à déterminer l’objet que vous voulez réaliser. Trois options possibles:

  • vous avez l’objet et vous souhaitez le scanner en 3D pour le réimprimer.
  • vous avez un fichier 3D (en général .stl sinon on trouve un moyen de le convertir) que vous souhaitez utiliser pour imprimer un objet.
  • vous avez l’âme d’un designer, et souhaitez apprendre à devenir autonome en création digitale.

Voyons chaque cas.

2- Vous avez un objet fétiche auquel vous tenez, vous voulez le scanner et le réimprimer.

Passez dans un fablab, utiliser un scanner 3D (certains fablab comme Pangloss, proposent un scanner de base gratuitement, c’est généralement suffisant), récupérez votre fichier, et vous êtes prêts pour l’imprimer en 3D.

maxresdefault

3- Du virtuel digital à l’objet réel et tangible

Vous avez trouvé un objet qui vous intéresse dans une librairie libre d’objets, par exemple, Thingiverse, sans doute la plus connue. Vous tapez dans le moteur de recherche ce que vous chercher (par exemple « drone »), vous obtenez plusieurs résultats possibles, nous vous conseillons de choisir un modèle, qui a eu déjà plusieurs versions ou beaucoup de makers qui l’ont essayé, testé, ensuite téléchargez votre fichier (en général un fichier .zip). En ouvrant le fichier .zip, choisissez le fichier principal (en général c’est le fichier openscad, avec l’extension .scad) et ouvrez le dans un logiciel de CAD (Computer Aided Design). Visualiser votre objet, modifier le éventuellement, et une fois que vous êtes satisfait, exporter le au format .stl. Armé de votre fichier .stl sur votre clé USB, votre sésame, vous pouvez venir dans un fablab pour voir si votre objet est prêt à être imprimé.

4- Devenez un guru de la 3D

adult_hea_pang_3d_red_cyan_by_bulldozerivan-d5w92nr

Votre rêve, c’est de créer vos propres objets ? De créer vos propres animations ? D’optimiser le rendu de vos créations avec les meilleurs logiciels et les meilleures imprimantes 3D ? Bref, vous voulez devenir un crach ?!

Voilà quelques pistes pour aller plus loin.

  • Installer Blender sur votre ordinateur pour avoir votre propre plateforme. Visualiser quelques tutoriels sur YouTube pour prendre l’outil en main. Suivez les instructions et réaliser votre première création. Exporter le fichier .stl
  • Installer MeshLab sur votre ordinateur. Consulter ces vidéos de tuto. Vous en aurez probablement besoin pour identifier les soucis de conception (si jamais vous avez oublié une ou deux vidéos de tuto!), les imperfections qui vous empêchent d’imprimer correctement.

5- Poussez la porte du fablab le plus près de chez vous.

FabLab

Vous avez bien travaillé, vous avez un objet qui vous plait et maintenant vous voulez le rendre réel. Rendez-vous dans le fablab le plus proche de chez vous. La carte des fablabs officiel est disponible sur fablabs.io.

Avec votre fichier .stl, votre ordi, votre clé USB et votre couteau suisse, un des membres du fablab pourra visualiser votre oeuvre dans un logiciel de FAO. Elle vous conseillera ensuite sur les matériaux appropriés pour réaliser votre création , vous expliquera les différentes sortes de plastique, vous conseillera sur les supports éventuels à ajouter à votre création. Une fois toutes ces étapes franchies. Votre fichier sera prêt à être imprimé, et vous le verrez devenir réalité.

Vous bloquez à une étape ? Un truc pas bien compris ? C’est pour cela que les associations comme Pangloss existent. Dès que vous atteignez une limite de compétence ou de logiciels, quelqu’un quelque part y a forcément déjà été confronté et peut vous aider autour d’un bon café.

cafa_associatif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’innovation par les usages appliqué à l’univers du technoluxe

J’ai le plaisir de participer à une table ronde demain dans le cadre de la 15ème édition du salon international des leaders de la haute précision à Palexpo Genève. (EPHJ / EPMT / SMT).

EPHJ

J’aurai l’occasion d’illustrer les nouvelles tendances dans le technoluxe, en piochant dans les exemples concrets de Pangloss et de Hack Your Style. Nous serons en très bonne compagnie, avec notamment nos partenaires de la promotion économique de Genève, et de l’Arc du genevois, qui nous ont aidé à préparer l’évènement.

Geneve

Notre table ronde franco-suisse sera modérée par Ixiade, et nous aurons également des intervenants de Mind, de SKEMA, d’Arnano et de Qualimatest. Une bonne occasion d’échanger pendant et après cette table ronde sur les nouveaux usages dans le luxe au sens large, pas uniquement dans l’horlogerie et la haute joaillerie. Nous espérons vous accueillir nombreux à la conférence.

champagne-583410_960_720

La table ronde franco-suisse aura lieu sur le stand Genève Innovation (G111) ce vendredi 17 juin de 10h30 à 12h. Que vous soyez « bling bling » ou « no bling », que vous veniez du secteur de l’horlogerie, de la haute joaillerie, du médical, ou d’un tout autre secteur, j’espère vous y retrouver pour parler d’innovation.

yacht-823681_960_720

Pour découvrir le programme et les modalités pratiques d’accès et d’inscription (gratuite), clicker ici.

En espérant vous voir nombreux à cet événement.