Le mystère de la petite boite orange enfin élucidé

Depuis quelques jours, quoi que je fasse, où que j’aille, mon oeil est attiré par ces petites boites oranges énigmatiques.

Les avez-vous vu, vous aussi ?

Parfois en bordure de chemin forestier, parfois sous les lampadaires, en abondance dans nos parcs, ici cachées dans un buisson, là visible depuis le tram, ces petites boites ont fait leur apparition, jusqu’en bas de chez moi. Un peu comme les envahisseurs, elles poussent un peu partout comme des champignons. (Bon c’est un peu le début de la saison).

Mystère, cela a piqué ma curiosité. C’est quoi le trait bleu ? Cela veut dire quoi DFU ?…

J’ai d’abord pensé, « houra, des stations de recharge pour nos portables, on va pouvoir les recharger quand nous sommes en chemin entre deux rendez-vous, finis, les vidéo-conférences champêtres interrompues par manque de batterie ». Mes espoirs ont été de courte durée (pas la peine d’essayer de plugger vos portables dans la prise même si c’est tentant ! 🙂

Alors c’est quoi cette boite à coucou ?

Quel est l’intérêt d’avoir ces boites orange disséminées partout ?

J’ai alors pensé aux courses d’orientation de mon enfance, je me suis dit « Wow, la classe, ils ont inventé des balises digitales pour les courses d’orientation de nos jeunes », c’est quand même mieux que de poinçonner un papier avec des petits trous (en plus tout le monde triche pour ne pas courir…), quelqu’un a enfin inventé un mécanisme anti-triche pour ces courses.

Mais non, je faisais fausse route (c’est le cas de la dire!).

Ils préparent un concert ? un opéra de plein air ? un théâtre dans le parc ou un feu d’artifice ? La créativité et la culture reprennent enfin leurs droits, en plein air, bien sûr, enfin !!!

Ce serait chouette, mais non, là encore, mauvaise pioche.

Bon, ma patience a des limites, c’est quoi ces boites, qui les a posées là ?

Je ne vais pas vous faire languir plus longtemps, je crois que j’ai trouvé ce que c’est (hyper fier, forcément :-).

Vous aussi vous voulez savoir ? Bon, ok je vous aide.

Ces petites boites orange, elles servent à mesurer. J’ai cru au départ que c’était pour compter le nombre de piétons ou de vélos qui passent par là. En fait, ce n’est pas cela.

La bonne réponse, je l’ai trouvé par hasard, en passant devant l’Université de Genève, et en testant la démo VR proposée dans le container devant l’entrée d’Unimail. Elle est très bien d’ailleurs cette démo.

Une fois rentré dans le container, surprise… les envahisseurs étaient là. La petite boite orange était là, couchée sur le flan, exposée comme une star.

Et là, j’ai compris… (oui, je sais, je mets un peu de temps).

Moi, en train de comprendre, je le fais bien, non ? Ah, et le masque, ce n’est pas celui de l’asile des fous, c’est juste le protocole sanitaire pour le casque VR, si jamais vous vous inquiétez pour moi.

Donc mystère élucidé, la petite boite orange, c’est un capteur, qui sert à sonder le sol ou plus exactement les sous-sols. Mission accomplie, j’aurais dû y penser…

Et pourquoi on sonde les sous-sols ?

On sait déjà, que nous n’avons pas de pétrole, non ?

Certes, mais ce n’est pas ce qu’on cherche. Ce qu’on cherche, c’est surtout de l’eau (idéalement chaude) et éventuellement de la vapeur (si on creuse plus profond….)

Donc, vous l’avez deviné, si il y a petite boite orange, c’est qu’il y a capteur, c’est qu’il y a analyse de géophysique, cartographie du sous-sol, et bien entendu recherche de géothermie, estimée à potentiellement 20% de notre énergie en 2030, donc des gros enjeux.

Faut-il avoir peur de ces boites orange ?

Si quand le gros camion qui émet les vibrations pour comprendre notre sous-sol, il trouve de l’eau chaude (même sans l’inventer!) ou de la vapeur (si ils creusent vraiment profond), mon petit appart ne risque-t-il pas de se transformer en centrale de géothermie ? Ces sondages ne vont-ils pas entraînés de risques sismiques, comme on a pu le voir ailleurs.

Bref, la morale de cette histoire, c’est que si toi aussi, tu vois une petite boite orange en bas de chez toi, c’est peut-être le bon moment de te renseigner sur ce qu’est la géothermie, tout son potentiel pour le futur et tous les risques qui y sont associés, histoire de savoir ce qui se passe sous tes pieds 😉

En tout cas, avec Syntezia Energy, nous allons suivre ces petites boites à la trace.

Cela pose quelques questions… ça veut dire quoi DFU (toujours pas trouvé…), mais surtout à qui appartient la carte de nos sous-sols, à qui appartient la donnée, et bien sûr… à qui appartient l’énergie !!!

Bref, cela me passionne. Et vous, avez vous des informations ?

Dis-moi quelle est la couleur de ton hydrogène et je te dirai qui tu es.

La transition énergétique, depuis le temps qu’on en parle, on se dit que ce serait sans doute bien le moment de migrer des énergies fossiles vers les énergies décarbonnées.

Dans le mix énergétique du futur, l’hydrogène semble voué à jouer un rôle. Oui, mais quel rôle exactement ?

Certains l’annoncent comme le remède miracle, d’autres nous disent « pas avant 30 ans », finalement on se demande bien par où on commence, qu’est-ce qu’on migre, qu’est-ce qu’on change…

Si les technologies sont prêtes et n’attendent plus que nous, pourquoi alors les migrations (passage du fossil à l’hydrogène) et les changements d’habitude, de comportements et d’achats se font encore attendre ? C’est quoi l’excuse !!!???

En cherchant à comprendre ce qui motive ou freine l’adoption de l’hydrogène, le code couleur semble important !!!

Pour se faire une idée, l’article de Mickaël CORREIA publié le jeudi 19 Aout 2021 sur Mediapart et sur Slideshare, nous donne quelques pistes pour comprendre.

« L’hydrogène est vanté par les industriels et les gouvernements du monde entier comme la nouvelle énergie «propre» censée nous sauver du chaos climatique. Financé à coups de milliards d’euros d’argent public, l’hydrogène s’avère pourtant nocif pour le climat comme le révèle une dernière étude scientifique » selon Joëlle Leconte.

POur Lombard Odier, c’est la voix à suivre.

Alors, cet hydrogène, solution miracle ou nocive ? Rêve de la transition ou cauchemar de la décarbonation ?

Il y a débat, alors comment savoir ?

S’il existe plusieurs couleurs, comment s’y retrouver ? Quelle couleur choisir ? Comment être sûr de ne pas se tromper ?

Pour les non-initiés, l’hydrogène existe en vert, en bleu, en jaune, en gris, ou en « nature » et tous les pays ne semblent pas choisir la même couleur. On évoque même 50 nuances !!! Et oui, on arrive même à faire du sensuel dans l’industrie de l’énergie !!!

La pile à combustible, elle aussi, fait débat.

Perdu au milieu de ces débats d’experts aux enjeux économiques colossaux, comment faire pour faire la part des choses et pour décider par soi-même de la meilleure option de décarbonation ?

Qu’en pensez-vous ? Sur quelle option misez-vous ?

Si les robots font tout le travail, qu’allons-nous faire de notre temps libre ?

Au moment où Elon Musk annonce l’arrivée de ses humanoïdes, et en pleine mutation des formes de travail et de qualité de vie, à quoi allons-nous désormais occuper nos journées ?

  • Allons-nous juste avoir rien à faire (ennui total ou vacances perpétuelles) ?
  • Est-ce que cela va au contraire nous permettre de réaliser toutes nos envies créatives et découpler notre motivation, enfin débarassés des tâches ingrates ?
  • Allons-nous tous devoir nous mettre à programmer des robots, pour qu’ils deviennent nos parfaits petits domestiques ?
Annonce du Tesla Bot par Elon Musk, le 20 Août 2021

L’annonce du robot humanoïde de Tesla pose pas mal de questions, et nous invite à regarder ce qui se passe dans l’industrie de la mobilité. Bon nombre de technologies testées par les voitures et les avions, peuvent désormais équiper des humanoïdes.

« Fondamentalement, si vous pensez à ce que nous faisons actuellement avec les voitures, Tesla est sans doute la plus grande entreprise de robotique du monde, car nos voitures sont comme des robots semi-sensibles sur roues », a déclaré Elon Musk.

« Avec l’ordinateur de conduite entièrement autonome, […] qui continuera d’évoluer, et Dojo et tous les réseaux neuronaux qui reconnaissent le monde, qui comprennent comment naviguer dans le monde, il est assez logique de mettre cela sur une forme humanoïde. »

Le robot est « destiné à être amical (encore heureux !!!) et à naviguer dans un monde conçu pour les humains », a-t-il ajouté. Il a également précisé qu’ils le développent de manière à ce que les humains puissent le fuir (là, cela fait déjà plus peur) et le maîtriser facilement.

Il pèsera 125 livres et aura une démarche de 8 km par heure, (je ne sais pas trop pourquoi, sans doute une question d’équilibre…) et son visage sera un écran qui affichera des informations importantes.

Il est intéressant de noter qu’Elon Musk imagine que cette machine remplacera une grande partie des tâches humaines fastidieuses qui occupent actuellement la vie de tant de gens – pas seulement le travail, mais aussi des choses comme les courses et d’autres tâches quotidiennes. Il a évoqué un avenir dans lequel le travail physique serait un choix, (ok, mais quel choix!) avec toutes les implications que cela pourrait avoir pour l’économie.

Il est intéressant de noter qu’Elon Musk imagine que cette machine remplacera une grande partie des tâches humaines fastidieuses qui occupent actuellement la vie de tant de gens – pas seulement le travail, mais aussi des choses comme les courses et d’autres tâches quotidiennes. Il a évoqué un avenir dans lequel le travail physique serait un choix, avec toutes les implications que cela pourrait avoir pour l’économie.

« À long terme, je pense qu’il faut instaurer un revenu de base universel », a déclaré Elon Musk. « Mais pas tout de suite parce que le robot ne fonctionne pas ».

Elon Musk a terminé en invitant les ingénieurs à « rejoindre notre équipe et à nous aider à construire cela. »

N’oubliez pas que Tesla n’est pas le seul constructeur automobile, ni même la seule entreprise, à produire un robot humanoïde. Le robot Asimo de Honda existe depuis des décennies et il est incroyablement avancé. Toyota et General Motors ont également leurs propres robots, alors pourquoi sommes-nous si excités par celui de Tesla ? Le pouvoir magique des gurus du marketing de l’entreprise, peut-être ?

Est-ce simplement parce que c’est Tesla ? Ou est-ce à cause de ce superordinateur basé sur la vision, potentiellement très puissant, qui l’alimentera ?

Qui sait si ce robot humanoïde donnera lieu à quelque chose, mais nous continuerons à nous divertir avec les mises à jour de Tesla jusqu’à ce que nous puissions acheter l’une de ces choses dans un magasin et l’emmener chez nous pour acheter nos œufs.

Pour vous, cette intelligence artificielle, c’est plutôt de l’utopie ou c’est un signal fort que la réalité rattrape la fiction beaucoup plus vite que nous l’imaginions ?

Qu’en pensez-vous ?

Du plan climat à votre cahier d’idées

Urgence climatique, plan climat, loi pour le climat, journées mondiales diverses et variées, COP 25, 26, 27, 28, débat sur la transition énergétique ou l’économie bas carbone… ce ne sont pas les grands plans stratégiques et les grandes rencontres au sommet qui manquent, avec pour objectif commun la baisse des émissions de CO2 et de gaz à effets de serre. Fresque, jeux, colloques, votes, les initiatives s’enchaînent, il y a urgence. Malgré toutes ces bonnes volontés, on a parfois l’impression que rien ne bouge.

A l’autre bout de la chaîne, vous, moi, en train de nous demander ce que nous pourrions bien faire à notre humble niveau, dans nos habitudes ou comportements de tous les jours pour contribuer concrêtement à améliorer les choses, ou au moins à ne pas les empirer.

Entre ces approches macro (que certains critiqueront comme étant « hors sol », sans plan d’action et donc sans réel impact ou résultat), et votre cahier d’idées ou le mien sans moyen, comment trouver le bon chemin, celui qui consiste à avoir un impact plus grand qu’au niveau individuel, sans pour autant tomber dans les pièges de la réunionite qui n’avance pas et ne mène à rien ?

Dès lors, comment passer du « micro au macro » et du « macro au micro » sans se perdre ?

Ce « morceau du milieu » qui manque, je crois qu’il tient en fait, aux outils et aux méthodes qui permettent aux bonnes idées d’être testées et expérimentées à une plus grande échelle, et d’être facilement adaptable, réplicable, modifiable pour être déployées et adoptées par d’autres ailleurs. Comment faire pour que ce « mix & remix » de votre idée fonctionne ?

Très bien alors, admettons que nous ayons une bonne idée, avec un impact environnemental positif, par où commencer ?

C’est justement ce sur quoi nous travaillons avec les différents cercles de médiation de Syntezia sur des sujets tels que :

  • Le transport longue distance intense en carbone (comprendre pour ou contre l’hydrogène vert des bus, camions, bateaux, avions!)
  • Les nouvelles formes de mobilité urbaine décarbonnée (one-wheel, e-scooter, vélo électrique, trotinette, vélo cargo, EV…)
  • Le smart home, le smart building et le smart city (c’est bien gentil d’être smart à tous les niveaux, mais comment mesurer l’impact réel une fois que les usagers arrivent dans les murs !)
  • Les énergies décarbonnées du futur (hydrogène, batteries, micro-grid…)
  • L’économie circulaire (notamment dans le textile et la mode, que nous savons si problématique)
  • Les alternatives aux plastiques à usage unique
  • La protection de la biodiversité terrestre et marine
  • Les projets de digitalisation, objets connectés, intelligence artificielle, RPA, wearables, qualité de vie, blockchain ou crypto-monnaies (qui font beaucoup parler d’eux ces temps-ci)
  • Réduire les emballages (éco-conception, vrac…)

Nous participons avec nos idées et nos projets innovants à alimenter le dispositif suisse d’accélérateur d’innovation, qui permet un accompagnement méthodologique (par les fablabs et les living labs) et un financement des idées retenues mois après mois par un jury appelé « innovation committee ».

Concrêtement, qu’est-ce que cela permet de faire avec les bonnes idées ?

Vos idées peuvent être partagées publiquement sur une plateforme d’innovation ouverte afin de recevoir des commentaires d’autres acteurs de l’innovation. Il y a de la valeur dans l’échange, dans les commentaires, et c’est aussi parfois une bonne façon d’identifier un futur partenaire, qui cherche à faire sensiblement la même chose que vous ! Cela peut aussi permettre à un recruteur ou à des financiers de trouver des projets à impact.

Comment savoir si mon idée a le potentiel d’aller plus loin ?

Nous avons tout un processus pour cela, cela commence par la constitution d’une équipe de 2 personnes minimum (tout seul, c’est moins drôle!), l’ébauche d’une idée de décarbonation, vous pouvez ensuite la soumettre et vous rapprocher de nous pour étudier ensemble comment notre démarche de living lab (proche de celle du design thinking, avec une emphase particulière sur l’empathie et l’impact) va pouvoir vous aider à bien vous préparer avant de passer devant le jury et de savoir si votre équipe et si votre idée peuvent être accompagnées méthodologiquement et financées.

Si ça m’intéresse, et si j’ai une idée, je fais comment ?

Nous vous invitons simplement à vous faire connaître avec ce formulaire simple et nous vous contacterons très rapidement pour prendre rendez-vous, et discuter de la meilleure approche méthodologique pour se structurer.

Là tout de suite, je n’ai pas vraiment l’idée du siècle, mais le sujet m’intéresse, et je donnerais volontiers un coup de main, comment faire ?

Cela tombe bien, de nombreuses équipes émergentes cherchent des compétences, des co-financements et des partenaires de mise en oeuvre, et cela pourrait être vous !

Nous organisons des séances pour faciliter les rencontres, la mise en réseau par thème et les discussions.

Pour être tenu au courant de nos futurs match-making, vous pouvez nous envoyer un message (par mail à l’adresse yves.zieba@syntezia.com) et suivre nos pages LinkedIN pour ne rien manquer (digitalisation, mode et luxe durable, énergie renouvelable et hydrogène, mobilité décarbonnée, smart building & smart city, biodiversité terrestre et marine)

Qu’en pensez vous ?

La recette gagnante du bootcamp santé

  • Comment créer la rencontre entre les soignants, les patients et les « innovateurs » ?
  • Comment orchestrer cette collaboration pour qu’elle soit fructueuse en terme d’idées et de projets ?
  • Quelles avancées concrètes peuvent ressortir d’une telle initiative ?

Je me posais ces questions et quelques autres avant d’aller participer le week-end dernier au Defisource 2021 organisé par Silab et l’Ecole La Source à Lausanne (#defisource #silab #ecolelasource).

Sans préjuger des résultats du Day D (aujourd’hui!) et du format de pitch de 4 minutes qui se déroulera aujourd’hui en live sur YouTube, je peux déjà témoigner du niveau d’engagement des équipes, du bon sens (qui manque parfois cruellement dans d’autres format purement « tech ») et de l’originalité de leur propositions.

Lorsque le « groupe cible » se trouve être des patients ou des soignants ou les deux (modèle bi-face), évidemment cela raisonne fort et on se retrouve assez logiquement en posture d’empathie, les besoins semblent parfois évidents et avérés.

Cela ne nous a pas empêché de travailler sur les mêmes modèles (faisabilité, viabilité économique, attractivité de la proposition de valeur, segmentation des groupes clients, modèle économique, préparation au pitch).

Côté technologique, ce ne sont pas les options qui manquent, objets connectés pour détecter et alerter, réalité virtuelle, format moderne de transformation de compétences (lorsque l’on doit changer de fonction très rapidement et assimiler de nouveaux savoirs et de nouvelles compétences en un temps éclair), robotique, scan et impression 3D pour le médical, pour ne citer que quelques options technologiques, croisées pendant ce camp d’entraînement intensif pour l’apprentissage de différents types de compétences.

C’était également une sorte de « rentrée des classes » présentielles des coachs de l’écosystème et donc forcément un vrai plaisir pour moi de les retrouver. Difficile d’imaginer meilleure ambiance et meilleures conditions pour co-créer, développer, tester et expérimenter ses idées que le Silab.

L’autre bonne nouvelle, c’est que vous pouvez vous aussi participer à l’aventure, rien de plus simple, il vous suffit de vous connecter sur YouTube pour voir les pitchs de 4 minutes (les équipes ont travaillé très dur pour en arriver là).

Sans spoiler les projets, je crois bien que l’équipe du défi source a trouvé la formule gagnante, et je vous promet que cela promet (sic) !

Voici le lien! https://dday.eventwise.ch/fr (gratuit et inscription obligatoire)

Les équipes vont devoir vous convaincre, vous le public inscrit.

Elles devront aussi convaincre le jury de la pertinence de leur solution innovante.

Les projets qui remporteront le plus de voix se verront décerner un ou plusieurs prix.

Ce que vous pouvez apprendre de l’économie bleue

Le 20 Avril à 18h00 avec Camila Amaya-Castro, nous vous donnons rendez-vous pour parler de l’économie bleue.

Vous êtes ainsi cordialement invités à nous rejoindre pour parler de :

« Ce que chaque entreprise peut apprendre de l’économie bleue »

Mais quelle “économie bleue”, dites vous ?



L’économie bleue, concept économique relatif à des activités économiques liées aux océans, aux mers et à leurs côtés. Ou l’économie bleue, concept initié par Gunter Pauli en 2010, répond aux besoins fondamentaux de tous avec ce que l’on a, en introduisant des innovations inspirées par la nature.

Nous vous parlerons des économie bleues.
Inscription gratuite et obligatoire (places limités)
🗓 Save the date ➡ 20 Avril à 18h00.
Pour s’inscrire c’est par ici : https://lnkd.in/eGRVDui

Nous parlerons notamment des enjeux et des droits de la mer, de la protection des littoraux et de la biodiversité marine.

Des évolutions et des innovations dans le secteur de l’hydroponie et de l’aquaculture, comme recours pour la résilience alimentaire.
Sans oublier bien entendu le côté plaisir et récréationnel que nous offre les océans et les mers. Et vous qu’en pensez vous ? A votre niveau, dans votre organisation, qu’allez vous faire pour protéger cet héritage ?

De rien au milliard en 80 board meetings

Puisqu’il parait que nous sommes en crise, j’ai voulu m’intéresser à un contre-exemple, pour le plaisir du contrepied de la morosité ambiante et aussi pour faire vivre l’espoir de la résilience et du rebond économique.

Commander à manger avec un téléphone, et se faire livrer par des petits bonhommes verts à vélo, cela ne doit pas être bien difficile. Combien cela peut valoir ???

Il y a huit ans, naissait Deliveroo et demain, ils réalisent leur IPO.

Que de chemin parcouru pour ces cyclistes à la boite verte !!! J’ai voulu chercher à comprendre comment ils réussissent une telle performance. Jugez en vous-même :

  • De 0 à un milliard en 4 ans
  • Le passage du early stage au growth stage au IPO en moins de huit ans (pour lever un milliard de £)
  • Un IPO en pleine crise COVID19
  • En faisant l’hypothèse de 10 board meeting par an pendant 8 ans, cela semble être un bon cas à analyser.

Que peut-on retenir comme leçon de cet exemple ?

Est-ce réplicable ?

Comment ont-ils réussi un tel exploit économique ?

Il m’a semblé intéressant de regarder l’évolution de ce cas d’école en observant son board, et d’illustrer ce qui s’est passé pendant les 8 ans qui ont précédé l’IPO de demain.

Historiquement:

  • 2 fondateurs en 2013 (un quitte en 2016)
  • Arrivée de 2 VC dès 2014
  • Evolution du Board de 3 à 10 entre 2015 et 2020
  • Arrivée d’un CVC massif au bout de 6 ans (Amazon)
  • Arrivée du premier NED 4 ans après la Serie A
  • Arrivée massive de plusieurs Non Executive Director à l’approche de l’IPO
  • Gouvernance peu indépendante surtout au début
  • 2 levées de fonds majeures chaque année.
  • Un Super CFO qui arrive pour l’IPO.

Nous verrons bien ce que l’IPO donnera demain. 390 cents par action. Objectif, le milliard de livres sterling.

Et vous,

  • pensez-vous que le modèle est réplicable ?
  • d’ailleurs est-ce plutôt un modèle ou un contre-modèle ?
  • selon vous, qui sera le prochain Deliveroo ?

Pour en savoir plus sur ce sujet, je vous recommende:

https://www.lynxbroker.fr/portail-bourse/articles/deliveroo-ipo/

https://investir.lesechos.fr/actions/actualites/forte-demande-en-vue-pour-l-ipo-de-deliveroo-a-londres-1955345.php

https://www.zonebourse.com/actualite-bourse/IPO-Deliveroo-nbsp-ce-sera-du-bas-de-fourchette–32834244/

Maman, j’ai 3 PhD et 0 visibilité, qu’est-ce que j’ai fait pour mériter cela ???

Ces dernières années, j’ai eu l’occasion et le plaisir de former de nombreux cadres supérieurs et C-Level Executives sur des sujets comme la stratégie de communication, le marketing digital ou la stratégie media et relation publique.

Dans mes cours, j’ai pu également accueillir des scientifiques, des chercheurs et des académiques, avec des connaissances de pointe dans des sujets précis, voire assez « niche », habitués aux applaudissements dans des grands colloques spécialisées entre pairs.

Dans tous les cas, une tendance forte émerge, lorsque ces personnes quittent l’institution qui les accueille (Centre de recherche, université, multinationale ou organisation internationale…), elles retrouvent une certaine liberté d’expression, ce qui les réjouit, et elles doivent surtout compter sur elles-mêmes pour gérer leur présence digitale, leur image, leur contenu et pour rayonner auprès d’une audience. Envolées les fonctions support, à qui on pouvait balancer nos Word et nos PowerPoint, et à qui on pouvait demander « pourquoi ce n’est pas encore publié ? ça fait quand même déjà 5 minutes que je te l’ai envoyé !!! » C’était quand même bien pratique d’avoir quelqu’un qui « s’occupait de la com » ! Maintenant, il convient de s’organiser pour exister, indépendamment de l’institution que nous venons de quitter. J’ose rarement un conseil en carrière, mais celui là me semble important, on ne sait jamais ce qui peut arriver à ce contrat de travail ou à l’entreprise qui m’emploie 😉 surtout par les temps qui courent.

Après avoir pu échanger avec ces différentes personnes sur leurs envies, leurs aspirations et leurs besoins, plusieurs tendances ont retenu mon attention, et j’ai voulu comprendre :

  • Pourquoi celles et ceux qui avaient objectivement produit le meilleur contenu jusqu’à présent, n’étaient pas celles et ceux qui avaient réussi à obtenir la meilleure visibilité ?
  • Est-ce parce qu’elles ne savent pas le partager ?
  • Est-ce une question de format ?
  • Comment font celles et ceux qui tirent leur épingle du jeu ?
  • Est-ce uniquement une question d’argent ou est-il possible d’améliorer sa visibilité sans se ruiner ?

Parmi les nombreuses anecdotes que l’on m’a confié, j’ai pu puiser quelques bonnes pratiques, que je recommande à mon tour à mes clients.

Un apprenant m’a par exemple indiqué avoir produit une vidéo avec plus de 300,000 vues pour une candidate à une élection (je lui ai demandé son secret…). Un autre avait arrêté de faire des vidéos par drône tellement c’était facile. Un troisième m’expliquait comment il avait choisi de racheter un restaurant, après s’être rendu compte que l’établissement était magnifique et que le propriétaire précédent ne faisait aucun marketing en ligne.

Plus exotique, un client devait détecter aujourd’hui de futurs champions masculins européens, susceptibles d’être de futures icônes pour une audience chinoise féminine, en amont des jeux olympiques.

Le nombre de cas est infini, et chaque personne a son cahier d’idées, de rêves et de projets. Ce que je trouve passionnant, c’est de pouvoir déterminer ensemble la bonne stratégie, le bon use case, les bons objectifs, les bons personas, les bons outils pour qu’ils puissent réaliser leur projet.

Ne pas confondre objectifs et canaux

Il n’est pas rare au début de nos ateliers que les questions posées soient sur les canaux. Facebook ou LinkedIN ? Faut-il être sur Instagram ? C’est vrai qu’il faut être sur YouTube ? J’ai une copine qui a trouvé ses clients sur TikTok, vous pensez que je devrai y aller aussi ?

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Revenir aux fondammentaux pour mettre de l’ordre dans tout cela.

Il ne s’agit pas vraiment de savoir si tel ou tel canal est bon dans l’absolu, ou si on aime bien Twitter ou si on préfère Pinterest !!! Il s’agit plutôt de savoir qui est dans notre cible, sur quel canal cette cible se trouve, et passe son temps, et comment nous allons pouvoir l’atteindre avec nos messages. Le choix des outils, c’est certes important, mais cela découle de la stratégie et des objectifs (ce n’est donc pas par cela qu’on commence).

Tout est dans le contenu, non ?

C’est bien connu, le contenu est roi ! Cette perception est encore bien présente. Est-ce toujours vrai ? Effectivement, mieux vaut avoir un bon contenu qu’un mauvais. C’est une condition nécessaire pour exister. Sans contenu, on ne peut pas faire grand chose. Le contenu est donc utile et nécessaire, mais il n’est pas suffisant. Loin de là.

J’ai une mine d’or de contenu et tout le monde s’en fout 😦 !

Combien de fois, j’ai pu constater que des auteurs avec un contenu incroyable (des viviers de photos magnifiques et inédites, des rapports d’experts de 500 pages ou des présentations PowerPoint d’enfer, avec une double effet spirale 🙂 !!!) et tout cela pour… une audience proche de zéro (les bons jours) !!! Damn It !!!

Quand on pense que des YouTubers de gaming ont des millions de fans et que des jeunes Instagrameuses, qui testent un nouveau maquillage bleu ou un nouveau shampoing vert, se font rémunérer, et que personne n’a lu mes trois rapports de thèses, il y a de quoi enrager, non ? Quelle injustice flagrante !!!

Alors que faire pour devenir « visible » ?

En fouillant bien, nous avons toutes et tous dans nos archives du contenu de qualité. Il ne s’agit certainement pas de tout réutiliser, mais cela peut nous donner une bonne base, un bon premier vivier de photos, d’infographies, de textes. Nous pouvons aussi produire du contenu, tout frais, tout neuf. Pour ce que l’on produit, c’est bien de connaître les canaux que nous utiliserons, car le canal détermine le format. C’est surtout vrai pour les photos et les vidéos. Dans mes cours, j’explique quel format fonctionne le mieux pour les différents canaux. Je me rend compte fréquemment, ce sont aussi des barrières psychologiques qui nous freinent ou nous bloquent. « Parler face caméra, cela fait vraiment trop peur », « je n’aime pas mon image », croire que l’ « on n’y arrivera jamais à faire une vidéo » ou à créer un site, c’est un truc de geek, ou encore croire que l’ « on est nul en com » et que l’on sera toujours.

C’est trop chronophage

Vous êtes bien aimable avec tous vos gadgets, mais vous comprenez, nous avons des choses sérieuses à faire ici !!!!

Souvent, les auteurs préfèrent produire du contenu que de « perdre leur temps sur les réseaux sociaux ». C’est pas tout ça, mais on a d’autres choses plus importantes à faire. Admettons. Certes, c’est chronophage et on peut facilement y passer sa journée. Mais il faut savoir ce que l’on veut. Si on veut être présent et visible, cela ne se fait pas sans temps, ni sans effort. D’où l’importance de clarifier ses priorités et de faire des choix. Nous avons toutes et tous nos limites de compétences, on ne peut pas être bons sur tous les outils, et c’est utile de savoir à quel moment déléguer. Les jeunes générations sont très calées sur ces sujets et nous apprennent plein de choses.

De toute façon, à la fin, c’est toujours Google, Facebook et LinkedIN qui gagnent.

C’est souvent le premier réflexe quasi pavlovien. Est-ce le bon choix ? Cela dépend !!! Certes tout le monde y est, et c’est difficile de ne pas être là où tout le monde se trouve. Cela ne signifie pas nécessairement qu’il ne faut pas explorer d’autres alternatives, souvent moins concurrentielles et qui peuvent néanmoins rapporter gros.

Une bonne vidéo, cela compte autant que 75 sites web

Quoi ? C’est vrai !!!!? Quand je pense au temps que j’ai mis à créer mon site web… Bon, là aussi, dédramatisons des deux cotés. Faire une vidéo, ce n’est plus réservé à des experts spécialistes, tout le monde peut en faire avec son smartphone (de la captation à la publication en passant par le montage). Créer son site web, dans les hackathons, on le fait en 5 minutes avant la présentation. On peut créer un site sans coder, c’est devenu facile de mettre en valeur son contenu.

Tout se mesure, mais dois-je tout mesurer ?

Alors, lorsqu’on aborde les sujets des données et des Analytics, c’est souvent là que cela se gatte, et que certains décrochent. Donc posture formateur… ne mettons pas les personnes en situation d’échec !!!! Je peux comprendre que c’est un peu complexe (même si cela s’apprend très bien avec des vidéos de 5 minutes qu’on peut suivre dans le tram, le bus ou le train. Grâce au digital, on peut tout mesurer. C’est génial, c’est vertigineux, c’est fantastique. Oui, mais … c’est aussi un peu un piège, et je vois pas mal de personnes, qui se perdent dans les analytics (je forme essentiellement sur Google Marketing Platform, sur Mailchimp et Hubspot). Le fait de pouvoir tout mesurer, c’est grisant, mais si on ne sait pas ce qu’on cherche à atteindre comme objectif, c’est un peu comme partir en vacances sans savoir où aller.

Et l’éthique dans tout cela ?

Au moment de choisir vos canaux, vous allez être confronté à quelques dilemnes cornéliens.

Il y a bien sûr les outils que vous connaissez et maîtrisez, (souvent ceux de l’organisation dans laquelle vous avez passé beaucoup de temps) et il y a les nouveaux outils qui émergent et qu’il faut apprendre. Ce sont sans doute ceux que vos futurs employeurs, clients ou partenaires vont avoir adopter. Donc, il y a fatalement besoin de former un minimum.

Autre bonne nouvelle, les algorythmes changent constamment. Je savais que vous alliez l’aimer celle là… donc non seulement il faut apprendre comment les algorythmes de Facebook, Google et consors fonctionnent, mais en plus, cela fonctionnera différemment dans disons, quelques mois. Alors heureux !!! 🙂

Il y a des agences publicitaires peu scrupuleuses (qui commencent par F et finissent par K.) et il y a des plateformes beaucoup plus sensibles à la protection des données privées. Sur certaines plateformes, on peut légitimement se demander si nous sommes le client ou le produit. Pour vous faire un avis éclairé, je vous recommande Social Dilemna sur Netflix et cet article qui le présente. Et un petit conseil qui ne mange pas de pain, et que personne ne fait, c’est quand même bien de lire les conditions générales d’utilisation. Je sais, c’est super ennuyeux, mais c’est quand même là dessus que presque tout se joue.

Opportunité de visibilité ou complicité de capitalisme de surveillance ?

Entre les deux, mon coeur balance !!! Celui des personnes que je coache aussi. Il y a probablement autant de profils de directrice ou de directeur marketing que de personnalités. Certains font favoriser le « call to action » très direct, avec des boutons « Buy now » un peu partout. En gros, les 3 options qui se présentent pour le visiteur, sont « Achète maintenant », « Achète tout de suite » ou « pourquoi tu n’as pas encore acheté, c’est quoi ton problème?! ». On peut saluer l’efficacité transactionnelle de l’approche. Parfois, c’est approprié. Parfois moins.

D’autres vont vous proposer douze étapes de sensibilisation avant de vous proposer quinze étapes éducatives à vocation d’infléchir votre position légèrement, avant de ne plus savoir quel était déjà le « call to action » dont on avait parlé le mois dernier. Difficile de se positionner dans l’absolu. Disons que le juste milieu est celui qui convertit, qui atteint l’objectif et minimise le taux de d’abandon, tout en rendant le client satisfait de son expérience. N’oublions pas nos objectifs et notre pipeline d’opportunités, c’est quand même un peu pour cela qu’on fait tout cela !!! Facile à dire, moins évident à mettre en place. Disons que c’est important de ne pas oublier l’UX, les tests, le design d’interaction, la voix, le podcast et le SEO !!! Je dis cela, je dis rien, C’est juste comme cela au cas où vous seriez tenté de faire l’impasse 😉

Varions les plaisirs, tous les plaisirs !

En terme de production (ou de curation) de contenu, c’est un peu comme pour la gastronomie, les fromages et les vins, j’aime bien la variété. Dans mes medias training, je propose de s’essayer à plusieurs formats: les discours, les interviews, les panels, les micro-trottoirs, les reels, les live 360, les stories, …. En fait, c’est aussi en variant les exercices, que l’on progresse et que l’on trouve des façons différentes de faire passer des messages. C’est aussi une façon de toucher de plusieurs façons différentes une audience. Il parait qu’un message doit être perçu 7 fois avant de déclencher une action (de type achat, engagement). Cela vous donne une bonne indication. Penser qu’en un post, en un tweet, en une story ou un reel, on va changer le comportement des foules, c’est un peu illusoire, cela va prendre du temps.

C’est bien gentil, mais avec tout cela, je ne sais toujours pas quel outil adopter !!!

Au risque de vous décevoir, je ne vais pas vous faire de recommendations d’outils, mais plutôt partager avec vous un document qui fait référence et qui, à mon sens, vous permettra de vous faire votre propre idée sur les 3 ou les 5 canaux qui sont les meilleurs pour vous ou pour votre marque. Vous pouvez ainsi vous familiariser avec les tendances 2021 sur les médias.

Bon alors, on commence quand pour vous donner la visibilité que vous méritez ?

Je vous entends déjà me dire, « j’ai un autre problème, je n’ai que deux PHD et demi, et je n’ai pas encore fini le troisième, est-ce que vous pouvez quand même m’aider pour ma visibilité ? Rassurez-vous, personne n’est parfait !!! Vous vous occupez de finir votre 3ème Phd, et je vous donne un coup de main pour votre visibilité. Deal ?

Voici le lien pour en discuter !!! (Maintenant, tout de suite ou éventuellement sans attendre ;-)))) : https://meetings.hubspot.com/yves-zieba/15-min

Le CES2021 100% en ligne sera-t-elle aussi intéressante qu’en temps pré-COVID19

Le CES2021 sera un CES à distance, pour le monde entier, sur nos propres écrans. Pas de super voyage à Las Vegas pour cette édition.

Le CES continuera par contre à faire ce qu’il fait de mieux : présenter les dernières innovations et idées technologiques et établir le programme de ce qui se passera dans le secteur au cours des mois et des années à venir.

Big data connections. IOT – internet of things. Future technology digital concept on blurred abstract background of world map night city scape


Beaucoup de choses sont en place pour permettre à 5G de vraiment dominer les débats au CES, d’autant plus que ce salon se veut plus virtuel et s’appuie davantage sur des panels et des discussions que sur des démonstrations de gadgets. Les opérateurs commencent à avoir une couverture nationale de la 5G dans certains pays. Tous les fabricants de téléphones, y compris et surtout Apple, sont à bord. Au-delà de l’annonce de Samsung, vous ne verrez probablement pas beaucoup d’appareils 5G au salon. La discussion portera essentiellement sur les applications à long terme de la 5G, comme par exemple, la façon dont nous exploitons la 5G pour résoudre certains des problèmes exposés par le coronavirus. Les discussions porteront également sur l’utilisation de la 5G pour réduire la fracture numérique, ainsi que pour améliorer les expériences en matière de télémédecine , d’apprentissage et de travail à distance ou télétravail.

Comment voler la vedette et faire le buzz  pendant ce CES 21 ?

Le petit jeu reste le même : dénicher les produits les plus convaincants et les histoires les plus importantes, et déterminer les 3 ou 4 priorités sur lesquelles se positionner maintenant pour être compétitif dans 3-5 ans.

Pour vous préparer au spectacle virtuel de cette année, voici un aperçu de ce à quoi vous pouvez vous attendre au CES 2021.



La 5G sera importante, encore une fois

Big data connections. IOT – internet of things. Future technology digital concept on blurred abstract background of world map night city scape


En temps normal, Samsung a le plus grand stand du salon, l’événement de presse le plus spectaculaire et un flot de nouvelles annonces sur les téléviseurs, les appareils audio, les ordinateurs, les appareils électroménagers et les chatbots bizarres comme ceux de l’année dernière sur l’IA au néon. Samsung organise un événement Samsung Unpacked – apparemment pour son prochain smartphone phare, le Galaxy S21 – le même jour que l’ouverture du salon virtuel du CES, le jeudi 14 janvier. Samsung co-localise essentiellement son plus grand événement mobile de l’année au CES pour 2021.

Le plus gros gadget sera au centre de l’attention.

Les constructeurs automobiles utilisent le CES comme plateforme pour parler de ce qu’ils appellent la « numérisation et l’électrification » de la voiture depuis plus d’une décennie maintenant. Ce sont surtout les plus grands constructeurs automobiles du monde qui en parlent, qui fabriquent de beaux prototypes mais qui ont traîné des pieds pour réaliser de réels progrès.

Cependant, l’élan s’accélère en 2021, qui est une année charnière pour les véhicules électriques. Les constructeurs automobiles convertissent certaines des marques les plus emblématiques de l’industrie en VE, notamment la Mustang, la Ford F-150 et le Hummer. Tesla vient d’atteindre le demi-million de véhicules vendus en 2020, un chiffre longtemps décrié et mis en doute par l’industrie automobile. Le mardi 12 janvier, Mary Barra, PDG de General Motors, prononcera le discours d’ouverture du CES et de nouvelles annonces de véhicules vont être faites.

Les OLED transparents vont créer le buzz avec de nouveaux cas d’usage

Avec le télétravail et le confinement, comme nous sommes plus nombreux à la maison, à observer les chaînes d’informations (ou les dernières séries de Netflix!), les téléviseurs sont très demandés. C’est pourquoi nous sommes toujours attentifs aux prochaines attractions télévisuelles au CES. Il y a toujours une télévision massive ou une télévision à enrouleur ou une autre nouvelle technologie d’écran impressionnante – bien que rusée – qui devient le fleuron du CES. Cette année, il s’agira probablement des écrans OLED transparents de LG. Ceux-ci passent de 10 % à 40 % de transparence, ce qui ouvre de nouvelles possibilités pour de nombreux cas d’utilisation créative. Parmi ceux que LG présentera au CES 2021, citons un lit intelligent où l’écran OLED s’élève du pied de lit, une fenêtre de métro intelligente où les plans et les horaires sont superposés sur la vitre, et une cloison de restaurant entre les cabines où vous pouvez voir de grandes images des articles du menu et même regarder un chef cuisiner préparer votre repas.

La pandémie mondiale et un wagon de solutions miracles plus ou moins pertinentes

Les entreprises vont proposer de nombreuses technologies pour aider les gens à faire face aux craintes liées à COVID-19 (ou à ses variants, mutants… diverses et variés). Elles s’attaquent aussi à la situation de confinement ou d’enfermement dans la vie et au travail et à l’apprentissage à domicile. Dans les domaines de la santé et de la maison intelligente, nous allons notamment découvrir des masques high-tech, des purificateurs d’air intelligents, davantage d’appareils mains libres, des lampes UV-C pour tuer les germes. Les fabricants d’ordinateurs vont certainement se pencher sur toutes celles et tous ceux qui travaillent à domicile pour leur proposer des appareils et des accessoires qui leur faciliteront la vie au travail. Les vendeurs de divertissement à domicile proposeront des téléviseurs, des barres de son et des appareils et services de diffusion en continu à un public qui n’a toujours pas accès à la quasi-totalité de ses divertissements dans le salon.



Moins de fournisseurs que les années précédentes

Cette année, le CES virtuel mettra en vedette environ 2 000 fournisseurs. Pour situer le contexte, le salon de l’année dernière à Las Vegas en comptait 4 500.

Le CES souffre donc, comme tous les grands salons et congrès. Cette édition en ligne sera une première. Voyons le résultat en terme d’audience et si le CES21 parvient à se réinventer dans ce modèle 100 % en ligne.

Interview radio de notre campagne de financement sur Radio Cité Genève 92.2

A l’occasion de notre campagne de soutien et de financement pour les industries créatives et culturelles à Genève, j’ai eu le plaisir d’accorder un entretien à Radio Cité Genève sur 92.2.

Entretien qui sera diffusé aujourd’hui à 10h40, 12h40, 16h40 sur 92.2

En répondant aux questions de Karine Pollien, j’ai pu revenir sur la genèse du projet initié pendant le hackathon Resilience Hack d’open geneva, la recherche de partenaires, la sélection des meilleures solutions, la préparation de la campagne et la recherche des 20 récompenses (objets, ateliers, parcours, coaching en ligne, rencontres) que nous proposons en contreparties jusqu’au 7 novembre 2020 pour encourager les genevoises et les genevois à soutenir les créatrices et les créateurs de mode durable et de luxe durable.

Au delà de la campagne, notre objectif est de métamorphoser les genevoises et les genevois en consommactrices et en consammacteurs en leur faisant découvrir ou redécouvrir toute la qualité de ce qui existe localement, avec des circuits courts et sans déchet.

Vous pouvez nous aider de nombreuses façons, en nous présentant des designers, en nous aidant à trouver un espace, avec votre temps, vos compétences, vos machines ou vous pouvez nous aider financièrement en échange de récompenses.

Nous interviewons volontiers les consommatrices et les consommateurs qui ont déjà modifié leurs habitudes de consommation.

Nous cherchons également des partenaires technologiques, médias et financiers pour pouvoir mettre en oeuvre les solutions de résilience que nous avons préparé en réponse à la crise du COVID19.

Parce que les structures porteuses des designers sont parfois de petite taille, il est parfois facile de croire que peu d’emplois sont en jeu. Après nos entretiens, nous savons qu’au contraire, de nombreux emplois sont directement et indirectement concernés.

C’est pour cela que notre équipe se mobilise.

Découvrez les récompenses jusqu’au 7 Novembre 2020 sur ces liens :

En français : https://crowdsupport.opengeneva.org/product/hack-your-style-experience-mode-durable-a-geneve/

En anglais : https://crowdsupport.opengeneva.org/en/product/hack-your-style-experience-mode-durable-a-geneve/

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez la moindre question sur hackyourstyle@syntezia.com