Aujourd’hui, je dois appeler mon plus gros client et je suis en slip !!!

Non, je ne vous parle pas de ma tenue en dessous de la zone de cadrage des vidéo-conférences que nous faisons toutes et tous en ce moment. Je vais plutôt aborder avec vous la métamorphose de la fonction commerciale, accélérée elle-aussi pas ce virus, qui a décidemment une aptitude à faire bouger les choses assez hors norme.

Priorité client : indiscutable, non négociable

En pleine crise du COVID19, il y a un consensus fort pour placer la priorité sur les clients existants, en commençant bien sûr par les plus importants en terme de revenus. Ceux qui apportent les plus gros « tickets ». La raison est simple, cela va être très compliqué de trouver des nouveaux clients et si on parvient à conserver nos clients existants, nous serons déjà bien contents. Nous pourrons revenir sur cette conception défensive, mais pour le moment, c’est quasiment la seule que j’entends.

Comment satisfaire mon client en plein COVID19?

Oui, mais voilà, comment s’y prendre ? Nous sommes majoritairement confinés et contraints dans nos déplacements, et comme nous pensons tous faire la même chose au même moment, il risque d’y avoir quelques difficultés concurrentielles supplémentaires. Problèmes:

  • Nous ne pouvons plus envoyer nos meilleurs talents sur place à la rencontre de ces chers clients
  • Notre modèle commercial « Top / Global / Focus / Consultative » account tenait principalement sur le nombre de visites sur site que nous pouvions réaliser, c’était cela notre façon à nous de différentier notre niveau de service
  • Avec le temps, les personnes souvent expérimentées qui s’occupent commercialement de ces clients importants, ont pris quelques libertés avec des petits détails (comme mettre à jour les données dans CRM, faire les e-learning ou suivre les processus par exemple).

Bref, la situation est ce qu’elle est, et aujourd’hui, c’est décidé, nous prenons les choses en main, nous redémarrons la machine, nous sommes proactifs et motivés, et nous prenons notre courage à deux mains pour gérer la relation client à distance. Oui, mais voilà, nous nous rendons compte que les compétences de ces « super » vendeurs ne correspondent plus vraiment à la nouvelle donne.

Players_on_course_with_buggy_(7037379563)

Certes, ils ont réussi à négocier une belle grosse berline comme voiture de fonction, jugez en par vous même:

  • ils/elles jouent au golf très régulièrement
  • elles/ils savent tenir tête à leur client au concours de celui ou de celle qui a le meilleur coup de fourchette
  • ils/elles savent choisir les vins comme personne
  • elles/ils connaissent les bars branchés pour les « Afterworks » avec les clients, et savent comment faire passer la bouteille de champagne (un peu chère parfois quand même) en note de frais…

Malheureusement, les clients et les acheteurs sont eux-mêmes confinés, et leur voiture qui en jette ne leur sert plus à rien, les restaurants et les hotels sont fermés et le « bagou » sur les stands et dans les congrès ne leur sert plus à rien, au moins pendant quelques temps. Bon, courage, je l’appelle, je lui raconte deux ou trois blagues, je lui parle de ses vacances et je lui propose de se revoir bientôt, dès que ce confinement est terminé.

Quoi ? Pas intéressé par ma prochaine visite ??? Comment ça ? Il fallait aller plus vite ? Plus la peine de venir ?!!! Pire, hier, le même client a appelé le département marketing pour leur demander d’être plus rapide et plus flexible.

Bon, ok, pas de panique, il est où déjà mon login pour le CRM ? Je ne m’en souviens plus… pas grave, je vais appeler la réception du client et lui demander de me passer mon point de contact principal, à zut, je ne me souviens plus du nom de son département…

Vous voyez le topo…

Aujourd’hui, les acheteurs demandent légitiment à leurs fournisseurs, flexibilité, adaptabilité, d’être à jour et à la pointe de leur domaine pour continuer à travailler avec eux. Ils doivent revoir ce qui est essentiel pour eux.

woman-with-a-headset-152388924364X

Vers la fin des mauvaises habitudes et des excès de « divas » ?

Alors, est-ce vraiment fini la belle vie, la belle voiture de fonction, le petit attaché-case, les brochures en papier glacé, les bons restaurants avec les clients, les petits fours, les séminaires au vert, le beau costume, le beau tailleur, le lunch jusque 15h, le café, le pousse café et les petits apéros qui s’éternisent tard (vraiment très tard, et « je te promets, j’étais obligé de rester avec le client ! ») le soir parce qu’il fait beau et qu’on est jeudi ?

Disons que les entreprises vont probablement se demander si ce modèle commercial à distance qu’elles tentent d’expérimenter depuis quelques années pour les petits clients sans importance, le « direct selling » ou la « vente à distance », ne va pas représenter quelques intérêts pour l’entreprise, voire devenir la nouvelle « norme opérationnelle de facto post COVID ».

Finalement, ils/elles savent gérer une relation à distance, ce sont les rois des données, ils ont segmenté leur carnet d’adresse entre professionnels et personnels, ils savent gérer un grand nombre de clients, ils savent vendre par téléphone… le vendeur ATAWADAC, la relation manager à distance, ce sont celles et ceux dont nous avons besoin.

Et ce bon vieux vendeur « Old school », cette vendeuse terrain, sympathiques, souriants, qui ont de l’entre-gens et qui misent beaucoup sur cela, que vont ils devenir ???

Très difficile à dire à ce stade, nous n’avons pas de boule de cristal. Espérons que les comportements excessifs vont cesser (j’en ai quand même connu qui arrosé les plantes au champagne dans des « sales conference » visiblement un peu trop arrosées !!!)

Mon royaume pour un telesales !!!

Elle sait vendre par téléphone juste grâce à sa voix ? Il ne demande pas de voiture de fonction ? Elle ramène des contrats à distance ? Il n’a jamais besoin de remboursement de notes de frais ? Il ne souhaite pas de bureau et veut travailler depuis chez lui pour pouvoir garder un oeil sur ses enfants? Il adore même utiliser CRM et trouve que c’est structurant (« tu es sûr qu’il est normal ? »). Elles mangent ensemble tous les midis avec les petits nouveaux du digital marketing. Je me demande bien ce qu’ils se racontent tous ces jeunes.

C’est qui ce talent ? Tu le connais ? Il faut que je le rencontre !

teletravail

Vers l’émergence d’une vraie fonction « digital sales » pour les grands comptes

En conclusion, ce qui est en train de se passer, c’est que le COVID19 force les entreprises à inverser leur modèle opératoire, la relation client à distance devient la norme alors qu’elle ne l’était pas du tout pour les grands comptes clients. Les exigences en terme de satisfaction client ne vont pas évoluer à la baisse, au contraire. Si le marketing avait déjà bien entamé sa révolution digitale, et est déjà passé à l’étape de l’automatisation de ces processus, la fonction de vente avait un peu trainé des pieds et avait sans doute pris du retard dans sa transformation digitale pour se positionner comme « la parole du client », « l’acteur de proximité et de confiance »; « la crédibilité du terrain », « la connaissance du territoire et de ses acteurs ».

Les « commerciaux classiques » ont désormais un choix clair, mais difficile, se réinventer ou être disruptés !

Les cartes vont être rebattues. Cela semble désormais inévitable.

cards-4745613_960_720

  • Combien de cartes de visite avez vous distribué en Mars-Avril ?
  • Combien de visites clients avez vous effectué par jour ?
  • Combien de nouvelles personnes avez vous rencontré ce mois-ci chez vos clients ?

En listant les KPI, on se rend bien compte que les codes ont changé ! Pouvez vous encore garder un directeur commercial qui n’est pas sur LinkedIN ? Sérieusement ??? Combien de temps ?

Souvent, les commerciaux commencent par gérer les petits comptes clients, deviennent très autonomes et digital savvy, car ils/elles doivent gérer un large portefeuille en terme de nombre de clients, et sont devenus particulièrement efficients et efficaces à distance.

Les commerciaux plus « seniors », ont eux gagné leurs galons avec le temps, et ont réussi à négocier de gérer les portefeuilles de grands comptes (Moins de clients, de plus gros contrats, de plus grosses commissions, enfin en théorie).

Les jeunes en telesales pour se faire les dents et les seniors sur les grands comptes, après tout, avec le temps, ils/elles l’ont bien mérité. Ce modèle de gestion des carrières fréquent tient-il encore la route ? Est-ce le seul ? Certes bouger un bon commercial, c’est toujours à contre coeur, car il / elle laisse un trou important sur un compte client stratégique.

Peut-on vraiment garder une équipe commerciale qui n’a pas pris le virage des réseaux sociaux ou de la mobilité ? Est-ce bien raisonnable de leur confier l’avenir de votre entreprise, sa prospection et ses revenus de demain ?

Certains groupes l’ont largement anticipé, en évaluant et en formant leur super vendeurs et leurs super vendeuses aux techniques de vente à distance, d’autres moins, notamment au sein des PMEs… C’est maintenant que cela se joue, et c’est maintenant que nous allons voir si les compétences de flexibilité, de travail en équipe, d’agilité, de motivation d’apprendre (notamment les nouveaux outils mobile, cloud et analytiques) et si les qualités de vendeurs à distance, existent dans votre organisation.

Si oui, tant mieux. Si vous avez un petit doute et souhaitez savoir où vous en êtes réellement, appelez-moi et on peut regarder ensemble, j’ai quelques bonnes pratiques à partager !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’école à la maison, quelles ressources pour les parents ?

Cela ne vous a pas échappé, de nombreux enfants ont exulté au moment de l’annonce de la fermeture des écoles, collèges, lycées et universités.

C’est compréhensible, nous avons aussi été enfants ! Oui mais voilà, nous ne sommes pas en vacances.

Nous voilà donc en situation de parent, mais aussi d’apprenti-enseignant à la maison, et « professeur particulier » de nos propres enfants (tout en travaillant), cela va être un magnifique défi.

Comme de nombreux parents, j’ai fait quelques recherches et voici des ressources pédagogiques qui me semblent utiles. Il y a des super idées en France, en Suisse et ailleurs. Une petite sélection de bonnes ressources peut aider.

Ce moment particulier va nous permettre de jongler entre les instructions envoyées par les institutions, mais aussi d’avoir plus de dialogues avec nos enfants.

Comment trouver le juste milieu entre se préparer aux métiers du futur et contrôler le temps devant les écrans ?

Commençons par le temps passé devant les écrans. Comment on fait pour décoller les enfants des écrans ? Facile à dire, pas facile à faire. Ces choses là peuvent avoir des effets addictifs.

Je vous recommende Bizzy de peacefulfamily.

Maintenant que le temps devant les écrans est bien contrôlé, on peut passer en revue les ressources pédagogiques.

Les ressources des éditeurs

Certains éditeurs ont eu le bon réflexe de mettre à disposition des ressources en ligne.

C’est le cas notamment des éditions Bordas, qui donne un accès libre à l’ensemble de leurs manuels numériques de primaire et de collège disponibles sur le Canal numérique des Savoirs, afin d’assurer une continuité pédagogique pour les élèves concernés : https://www.cns-edu.com

Tous les manuels du CP à la 3e disponibles sous forme numérique sont désormais accessibles d’un simple clic sur le site : https://adistance.manuelnumerique.com

Pour les petits, les 3 à 7 ans, ce site Tout Tout Magazine est super.

Des vidéos éducatives

Le livre Digital Atelier vous permet d’avoir une sélection de 52 vidéos éducatives parmi les plus utiles.

Les robots éducatifs à la maison

Pour la robotique éducative, la programmation et la modélisation, nous avons misé sur Sphero, Thymio et Lego.

Pour Thymio, je vous recommende Thymio Creations

Pour Sphero, je vous recommende Sphero City, Sphero Score Keeper et Matrix Animation.

Pour Lego, nous avons un petit faible pour Lego Technics, EV3 et Spike.

Du temps pour apprendre à coder ?

Pour la programmation, nous avons misé sur Scratch et Unity.

Pour Scratch, je vous recommende la version 3, et voici des ressources éducatives pour les parents.

Découvrir Python, cela pourrait aussi être une très bonne idée. Les métiers de l’intelligence artificielle sont très demandeurs.

Pour les moments de récréation, Minecraft reste une valeur sûre pour apprendre la conception en 3D. Le site éducatif de Minecraft est vraiment très bien conçu.

Comment organiser une journée type ?

Ce site vous donne des pistes intéressantes. Gérer les rythmes d’apprentissage et de pause, ce n’est pas si évident.

Les temps d’attention sont importants (25 minutes max), et beaucoup de pauses ludiques et sportives !!!

 

Pour aller plus loin et être utile pour l’avenir de nos enfants

Vous pourriez me dire, oui, c’est bien gentil tout cela, mais c’est du jeu, et cela ne mène pas à vrai à un vrai job, vraiment sérieux, comme avocat ou médecin ou éventuellement notaire 😉

Le site LePole.Education est très complet, avec des ressources variées et gratuites en français et en anglais.

 

Souhaitez-vous connaître les 10 compétences à avoir en 2020 ? Cette infographie vous aide. Pour le sens de la négociation, je parie que vos enfants sont déjà très doués 😉

Korben vous propose de télécharger des livres gratuitement.

Regardez cette vidéo de Cadremploi qui explique ce que seront les métiers du futurs et quelles compétences seront utiles.

Les musées sont fermés ? Très bien, visitez-les virtuellement !

Voici plusieurs ressources pour visiter des endroits de rêve, tout en restant calfeutré à la maison.

Dernier point, chemin faisant, il n’est pas impossible que les parents y trouvent aussi leur compte et découvre de nouvelles passions.

La fête de la science, c’est tous les jours à la maison !!!

La fête de la science, c’est en Octobre chaque année. Les activités sont documentées de façon très bien faite. Vous avez 30 ans d’historique à consulter.

Apprendre en s’amusant, et sans être isolé.

Enfin et surtout, c’est beaucoup plus drôle d’apprendre tout cela à plusieurs, de pouvoir poser des questions, y répondre, de pouvoir partager ses créations, ce que l’on a aimé ou pas.

Si les enfants peuvent se regrouper en petit groupe, c’est bien (tant que c’est possible).

C’est aussi pour cela que nous avons créé cette Page Facebook AgileNetup Gaming avec encore plus d’idées.

Je suis convaincu que vous avez vos super idées et d’autres ressources, n’hésitez pas à les partager en commentaires.

#MaClasseAlamaison #BeyondCode #EcolesFermées #myThymio

Chouette, un combo « Télétravail / home-schooling » !

Parmi les nouveautés que ce #COVID19 nous apporte, il va falloir apprendre à vivre à la maison, en famille, avec les enfants et faire en sorte que tout cela ne parte pas complètement en vrille !!!

Comment faire en sorte que la petite fille ne vienne pas voir avec qui papa parle dans l’ordinateur ? Comment éviter que le petit garçon souhaite absolument gouter au moment où la vidéo-conférence de maman commence ? Comment demander au chat de ne pas miauler pendant qu’on négocie un contrat important avec un client ?

« Où est ma tablette ? Qui a pris mon smartphone ? Tu as fini tes devoirs ? J’ai pas le temps, je suis en « call » avec mon chef. Quand est-ce qu’on mange ? Tu n’as pas vu mon dossier, c’est hyper urgent. J’ai perdu mon cahier. Il n’y a plus de wifi ? Tu as fait les courses ? Mon PC plante. La commande est arrivée ? »

Papa est sur Skype, Maman est sur Zoom, et les enfants hurlent parce que ça laggue sur la PS !!!

Avec les nouvelles invitations à rester à la maison pour les enfants, et à opérer en télétravail pour les parents, comment allons-nous nous en sortir ?

Y-a-t-il assez de téléphones pour tout le monde ?

C’est vrai que nous devons tous travailler, faire nos devoirs, prendre des nouvelles de la famille et des amis, ne serait-ce que pour s’assurer qu’ils vont bien. En plus, on n’a plus l’habitude d’être 24/24 tous à la maison. Cela nous arrive encore parfois pendant les vacances, mais là, c’est autre chose, panique à la maison, il faut travailler, étudier, surveiller les jeunes et garder un oeil aussi sur les anciens qui vont se sentir super isolés ?

Comment va se dérouler cette cohabitation inédite ?

Commençons par les horaires, on ne va plus se faire gronder par la gentille directrice, si on arrive en retard au portail de l’école. Mais bon, on ne va quand même pas passer la matinée en pyjama ni jouer à la PS toute la nuit avec nos amis américains sur Fortnite. Il va falloir mettre des nouvelles règles simples de vie en commun. Qui va surveiller le frigo ? A quelle heure on mange si la vidéoconférence de maman se termine après que celle de papa commence ?

Techniquement, le dispositif va-t-il tenir ?

On avait pris l’habitude de se passer les téléphones, les tablettes, de parler chacun son tour au téléphone… et là soudainement, nous allons tous avoir besoin de tout, en même temps.

La bande passante va-t-elle être suffisante ? Le réseau va-t-il tenir ? Qui va devoir se déconnecter si on ne peut pas tous être connectés en même temps ?

« Tu y comprends quelque chose, toi, au VPN ? »

Si on est tous à la fois en vidéoconférence, sur Netflix, la PS4 et la Wii, nous risquons d’avoir des problèmes. On a pas tous un service IT à la maison, cela risque de se voir…

Alors quoi, on se met au tricot, à la belote et au Scrabble ?

Peut-être pas, mais on peut songer à inventer le « smart home office/smart home schooling » phygital, avec des plages horaires pour se reposer les yeux des uns, pendant que les autres utilisent la bande passante.

Cela n’existait pas, il va falloir l’inventer. J’imagine que dans ce nouveau contexte, de nouveaux usages vont émerger. Les entrepreneurs et les slashers ont sans doute un avantage… ils ont pris l’habitude de ces agendas irréguliers, de ce mélange vie privée / vie professionnelle.

Gardons le sourire, restons positif, cela va sans doute permettre aux familles de passer du temps ensemble, de gérer des problèmes ensemble, et pour tous les coachs qui prônent le juste équilibre entre vie professionnelle et vie familiale, tout en recommendant de faire des coupures nettes entre les deux, il va falloir être créatif. Par exemple, faire des pauses ensemble toutes les 25 minutes, sanctuariser la pause de midi, se replonger dans les programmes scolaires des enfants, se mettre à suivre un MOOC ensemble avec un parent et un enfant. Il y a moyen de passer des bons moments, on va gagner du temps de qualité en étant moins dans les transports. C’est aussi une opportunité pour les enfants de découvrir le métier de leur parent, et de les voir en action. Tout cela, c’est inédit, et espérons-le, une fois dans la vie. Une belle expérience à inventer.

Finalement, certes cette situation est plus subie que voulue, mais c’est peut-être aussi cela le « lifestyle » du 21ème siècle. Ce méchant virus va nous forcer à nous organiser, à travailler et à étudier différemment. On va apprendre en s’amusant ensemble, et cela c’est plutôt une bonne nouvelle. C’est peut-être le début d’un « nouveau contrat de famille ».

En tout cas, je vous souhaite un joyeux méli-mélo dans votre « smart home phygital » à vous !!!

3 raisons de se réjouir de l’arrivée du printemps

Le mois de mars arrive à grands pas, et avec lui le printemps. Nous vous avons préparé trois belles occasions de se rencontrer, et d’échanger, avec des séminaires à taille humaine pour pouvoir avoir des temps d’interaction privilégiés.

Pilotage avec Laurent & Hendrick

La première occasion, c’est la soirée des pilotes executifs à Genève.

Avec Laurent et Hendrick, nous vous avons préparé un programme pour parler de capital humain, de maturité financière et de cohérence stratégique. Le tarif préférentiel « Early Bird » est ouvert jusqu’au samedi 29 février, à 90- au lieu de 120- sur le lien suivant:

Pour tout savoir, et pour réserver votre place, voici le lien.

Sport et performance avec Angélique

La seconde occasion, nous vous la proposons avec Angélique Tefenkgi, avec une approche inédite de la performance et de l’état d’esprit, à travers des parallèles avec le sport de haut niveau.

Hackons la mode avec vous tous !

La troisième occasion, ce sera le samedi 21 Mars au Campus Biotech, le temps d’un hackathon sur la mode durable pendant le festival d’innovation ouverte Open Geneva. L’évènement est gratuit pour les participants, l’inscription est obligatoire sur ce lien, qui vous permettra de mettre en lumière votre profil et de découvrir les challenges que nous vous proposons de relever.

Vous pouvez aussi nous soutenir en devenant sponsor. Il suffit de me contacter pour en savoir plus.

Bref, un magnifique printemps en perspective, j’espère que nous pourrons nous voir lors de ces séminaires.

Parce que 3 pilotes valent mieux qu’un !

Pour bien commencer cette nouvelle décennie, prenons le temps de faire le point pour établir le bon constat sur la performance de votre organisation.

Nous vous proposons trois regards externes et singuliers sur la performance de votre organisation !

  • Avez-vous la bonne feuille de route pour les prochaines années ?
  • Etes vous entouré du bon équipage ?
  • Les valeurs, les données et les analyses des causes de succès et d’échecs sont-elles bien en place ?

Parce que la destination des entreprises est multiple, parce que le « code du business » évolue très vite, parce que les routes de la performance sont encombrées et surtout parce que la vision des dirigeants n’est plus assez claire… une mise à jour de votre permis de conduite des entreprises s’impose ! Les Pilotes Exécutifs se réunissent en comité, Hendrick Monnier sera votre co-pilote en charge du management et du capital humain aux côtés de Laurent Tauriac notre co-pilote expert en maturité financière. J’interviendrai sur la cohérence et l’organisation stratégique.

Crédits photographies: Tomek Gola

N’hésitez plus, foncez pour acheter votre billet pour cette belle soirée du 11 mars 2020 à Genève et participer à cette première soirée, vous pouvez réserver votre place en cliquant sur ce lien.

Remerciements: Tesla Genève pour les test-drives du Model 3 mémorables et Tomek Gola pour la qualité incroyable de toutes les photos créatives et de tous les portraits.

Rendez-vous pour sauver les océans et la biodiversité marine

Mardi prochain, le 4 février 2020, j’ai le plaisir de participer au BlueInvest Day 2020, qui se déroulera à Bruxelles.

  • Comment la nouvelle Europe post-Brexit va-t-elle s’y prendre pour mettre en place le nouveau Green Deal ?
  • Quelles sont les start-ups et les scale-ups qui vont briller lors du concours de pitch ?
  • Quels seront les dispositifs clés d’accompagnement de l’innovation pour l’économie bleue ?

Nous découvrirons cela sur des sujets aussi importants que :

L’énergie propre de l’océan.

Solutions, procédés et technologies innovants dans le domaine des énergies renouvelables et de l’énergie des océans.


L’océan intelligent.

Technologies, produits et solutions numériques de la prochaine génération dans le domaine de l’intelligence artificielle, de la robotique, des ports et terminaux intelligents, de la télédétection et de la navigation.


Nourriture et aliments pour animaux provenant de l’océan.

Nouvelles denrées alimentaires et nouveaux aliments pour animaux innovants issus de l’aquaculture et de ressources biologiques aquatiques renouvelables.


Bioéconomie bleue et solutions vertes.

Nouveaux produits, nouvelles technologies, solutions innovantes et processus ingénieux issus de ressources biologiques aquatiques renouvelables, y compris les emballages et les produits médicaux/pharmaceutiques. Elle couvre également les solutions visant à « écologiser » les industries maritimes traditionnelles, les déchets marins, l’économie circulaire, la gestion du capital naturel/des ressources océaniques, entre autres.

Le BlueInvest Day se tiendra à Bruxelles le 4 février 2020. Vous pouvez nous y rencontrer le jour de l’évènement ou les jours suivants à Bruxelles en dehors de l’événement. Nous serons heureux de vous parler de votre projet, de votre portefeuille d’investissement, de votre idée innovante ou de votre dernière entreprise. Cette journée annuelle BlueInvest Day 2020 réunira des innovateurs, des entrepreneurs, des investisseurs business coach et des facilitateurs de la Blue Economy. Notre objectif sera de vous offrir de nouvelles opportunités commerciales concrètes et une visibilité accrue.

20 des meilleures start-ups et PME européennes de l’économie bleue se présenteront sur la scène principale devant un jury d’investisseurs pour les BlueInvest Awards. Rencontrez les fondateurs de produits, solutions et technologies de nouvelle génération, hautement innovants et perturbateurs pour l’économie bleue.

La journée BlueInvest offrira également de nombreuses opportunités pour des solutions, des projets et des initiatives qui favorisent l’économie circulaire, la décarbonisation, la lutte contre le changement climatique ou qui sont en rapport avec les objectifs de développement durable, que vous soyez ou non sur la scène principale.

Les présentations seront diffusées en direct pour une exposition maximale aux clients et partenaires potentiels. Les finalistes bénéficieront d’un coaching et d’un retour d’information de la part de nos spécialistes du secteur avant l’événement.

Pendant l’évènement, vous pourrez entrez en contact avec des capitaines d’industrie, des investisseurs d’impact et des représentants de haut niveau du gouvernement, du secteur public, du secteur privé, des PME, des extrapolations et des start-ups. Parmi les sujets dont nous aimerions discuter avec vous, citons notamment :

  • Environnement, action climatique, durabilité, énergies renouvelables, technologies propres et affaires maritimes
  • Transformation numérique, respect de la vie privée dès la conception, nouveaux écosystèmes IoT, intelligence artificielle, robotique
  • Eau, hydrogène, yacht, navigation de plaisance, poisson, aquaculture, agroalimentaire, algues, protection des plages et du littoral
  • Observation de la Terre, imagerie satellitaire, aperçu et navigation
  • Intelligence collective, innovation ouverte, modèles économiques
  • Ville intelligente, énergie décarbonisée, laboratoire de mobilité urbaine

Pour nous rencontrer à Bruxelles pendant la semaine, contactez Yves Zieba par email: yves.zieba@syntezia.com ou par téléphone +41795611054.

Un apprentissage de 5 ans

2014-2019, ça y est! Cinq ans déjà depuis le jour où j’ai décidé de devenir entrepreneur indépendant. Alors que nous nous préparons à changer de décennie, et à plonger dans 2020, c’est une page de ma vie professionnelle qui se tourne, et sans doute le bon moment de faire le point: Après ces cinq dernières années, quels enseignements s’imposent pour bien aborder les cinq prochaines ? Quelques éléments de réflexion que je partage ici avec ceux qui sont tentés par l’aventure.

Du salariat à l’entrepreneuriat.

Le parcours de chaque entrepreneur est unique, évidemment. Les joies, les peines. Les bonnes et les mauvaises surprises. Les opportunités inespérées, et celles que l’on rate. Les relations de confiance et les trahisons. De quoi sans doute écrire un jour un roman !!!

  • Que retenir de mon petit parcours de « quadra » entrepreneur ?
  • Qu’est ce que j’ai vraiment appris en entreprenant ?
  • Existe-t-il des éléments d’expérience utiles à partager pour toutes celles et tous ceux qui se demandent si elles doivent franchir le pas vers une activité indépendante ?

Encore seul ?

Avant de créer, j’avais sollicité de nombreux avis de sages, de gourous et de « serial entrepreneurs« , et tous les avis convergeaient pour recommander de ne pas créer de structure seul:  » Pour durer, il faut s’entourer des bonnes personnes« , « c’est l’équipe qui fait la différence« , « il faut démarrer à 2 ou 3 »

Commencer à deux ? A trois ? A cinq ? Les avis divergent.

Finalement, j’ai démarré avec une structure unipersonnelle, tout en me laissant toute latitude qu’avec le temps elle évolue. Ce n’est pas faute d’avoir tenté des initiatives à plusieurs. Souvent, cela a été particulièrement enrichissant et cela a abouti à de très belles collaborations et partenariats.

Seul et très bien accompagné !

C’est sans doute ce qui résume le mieux ma situation cinq ans après la création de mon activité. La qualité des personnes qui m’entourent est évidemment décisive. Chaque réussite a été co-construite avec d’autres. Chaque avancée majeure, chaque nouveau service, chaque nouveau produit m’a permis d’apprendre au contact de mes partenaires. Ce sont aussi ces moments de co-création et de co-construction que j’ai le plus appréciés, et que je compte privilégier à l’avenir. Aujourd’hui, mon niveau de confiance envers les personnes qui m’entourent, a considérablement augmenté. C’est sans doute l’acquis essentiel de ces cinq années. J’ai appris à connaître et à découvrir les valeurs, les centres d’intérêt d’un grand nombre de personnes. Cela m’aide désormais à me positionner.

Autour de moi gravitent des talents incroyables !!! C’est ma grande chance.

Au départ, on se dit qu’être indépendant, c’est être à la fois rouge, bleu, vert et jaune, à la fois fourmi, araignée, abeille et papillon (pour faire référence au livre de Kattell Bosser, Blooming People), à la fois financier, juriste, comptable, vendeur et visionnaire. Et puis, avec le temps, on se rend compte que non, et que d’autres sont tellement meilleurs dans tellement de domaines que ce serait fou de ne pas leur faire confiance !

Quelques grosses déceptions, quand même

A plusieurs reprises, je me suis senti naïf par rapport au monde de l’entrepreneuriat, en pensant que la relation de confiance, la charte éthique, une clarté sur les valeurs, et quelques principes simples et le contrat psychologique suffisaient à faire en sorte que tout se passe bien. Je pensais avoir un peu de bouteille et ne plus être un « perdreau de l’année ». Le temps m’a démontré le contraire. Problèmes de paiements, désaccords, mauvaise foi, mensonges… on croise aussi parfois des personnes qui ne fonctionnent pas comme nous, ou qui ont une « philosophie » divergente de la nôtre. Cela n’en fait pas forcément de mauvais bougres dans l’absolu, mais cela rend la collaboration moins agréable, et en général, la vie fait que la collaboration parfois s’arrête.

« Le plus triste dans une trahison, c’est que cela ne vient jamais de vos ennemis« . « Déception = Espérance / Réalité« .

Ces difficultés et quelques déceptions m’ont permis d’apprendre beaucoup et de me développer personnellement.

Des opportunités passionnantes aussi

C’est la bonne nouvelle de ce bilan de mon quinquennat. Chemin faisant, des opportunités passent. La première n’est pas toujours la meilleure. Il faut faire des choix. J’ai dû en rater un certain nombre, mais j’en ai saisi quelques unes aussi. Avec le temps, j’apprends à ne pas toutes les traiter.

Mes moments inoubliables

Un des conseils que j’ai retenu lorsque j’ai effectué ma transition de « salarié » à « entrepreneur », c’est ne « raisonne pas en terme de job, raisonne en terme d’expérience ». Je me souviens même avoir rédigé ma bucket list des 10 expériences que je souhaite vivre avant d’être mort. Il parait que les cimetières sont remplis de personnes qui ont remis à plus tard leurs rêves.

Ce sont aussi et surtout ces moments inoubliables et rares que je souhaite garder à l’esprit, et partager avec vous. Evidemment ce n’a pas été exactement la même chose que ma bucket list, mais comment ne pas se réjouir d’avoir pu:

  • dîner avec le meilleur sommelier du monde dans la meilleure école hotelière du monde lors d’un concours de dégustation des meilleurs vins. (merci
  • croiser de près Miss Univers ! (plaisir des yeux :-))
  • discuter avec des champions olympiques de judo, d’escrime, de ski de bosses et de snowboard
  • survoler le Mont-Blanc en hélicopter
  • chercher des modèles économiques pour la permaculture
  • essayer la BMW i8 et la Tesla (model S, 3 et X)
  • organiser mon premier défilé de mode éthique et être invité à des défilés de mode
  • découvrir l’art japonais de plier le textile pour créer des vêtements sans chute de textile.
  • passer un dimanche dans le froid avec les personnes qui gèrent la réserve naturelle du haut jura.
  • écouter les pitchs d’un concours d’entrepreneuriat au féminin
  • organiser 2 fois un village des sciences localement
  • participer à la création de 3 associations, d’une fondation et voir de nombreuses start-ups se développer.
  • obtenir des interviews avec des personnalités que j’admire et qui m’inspire.
  • cotoyer et coacher des PDGs de Start-Ups et créateurs de PME incroyablement innovantes
  • co-créer un icosahédron pour les objectifs de développement durable, le mettre en creative commons et le voir faire le tour du monde.
  • proposer un business model canva bilingue et le mettre en open source.
  • être invité à parler publiquement des sujets qui me passionnent (l’innovation durable, les objectifs de développement durable, les fablabs, les objets connectés…)
  • rencontrer des talents incroyables le temps d’un hackathon ou d’un start up week end.
  • co-animer des ateliers ludique sur l’égalité femme homme pour des personnes venues des 4 coins du monde, et les voir initier un dialogue.
  • manger des pâtes pendant la saison des truffes à Turin ou des Pita au cochon à Thessaloniki
  • se réveiller à 6h pour une randonnée et voir la chaîne des Alpes depuis Crans-Montana.
  • co-rédiger des « innovations papers » et les voir acceptés et publiés.
  • voir une gamine de 10 ans se rouler par terre en pilotant un Sphero BB8.
  • revoir le marché de Noêl de l’Alexander Platz, à Berlin 20 ans après.
  • résumer Carol Dweck dans un pecha kucha de 5 minutes retransmis en 360 degrés dans un Facebook live !!!

Bref, je me dis que j’ai de la chance…. Tous ces moments-là, et les quelques autres que je vais garder bien secrètement pour moi, je me dois de les célébrer et de les apprécier à leur juste valeur.

Je « travaille pour moi » ! Vraiment ?

C’est comme cela que les anglosaxons en parlent, « working for yourself ». Ils se trompent. Je l’ai rapidement appris. Certes, je n’ai pas un chef direct pour m’approuver mes notes de frais, j’en ai plusieurs !!! Je ne travaille pas pour moi, je travaille pour mes clients, pour mes bénéficiaires. Dans mon type d’activité, trouver ses clients, c’est la clé. Au départ bien sûr, la tentation est forte de « se vendre soi », c’est d’ailleurs un peu gênant de parler de soi, et beaucoup plus confortables de parler des autres. Finalement, ce n’est pas très intéressant d’insister sur ses propres compétences (« mon bilan de softskills et de hardskills, parle pour moi, regardez comme je suis beau et fort« ) et sur son propre parcours (« Elle est pas belle ma carrière ? Ils sont pas beaux mes diplômes ?« ) et sur ses propres centres d’intérêts. C’est finalement assez logique, c’est notre zone de confiance. Nous savons que nous sommes forts sur ces sujets. Mais, le seul hic, c’est que le besoin des clients, ce n’est pas forcément (pour ne pas dire jamais) la même chose que nos compétences, ou nos centres d’intérêt. Il faut donc sortir légèrement de cette « zone de confort » pour trouver son marché.

Sortir de sa « zone de confort », sans sortir de sa « zone de compétences »

La nuance a son importance, et parfois cela ne tient qu’à un fil. Pour répondre au besoin du client, en voulant bien faire, il est tentant d’accepter assez facilement ses termes et conditions. « Disons d’abord oui au client et on trouvera ensuite un moyen de répondre aux « spécifications », quitte à déléguer ou outsourcer« .

La tentation de la distraction a toujours été forte pour moi.

Curieux de la prochaine rencontre, envie de découvrir la prochaine mission. J’ai dû parfois freiner un peu ! L’approche comporte des risques. Le principal risque, c’est de perdre la confiance du client, qui sait être prompt à nous rappeler qu’on ne peut pas être « bon dans tout ». Souvent à juste titre.

L’effort presales beaucoup plus conséquent que prévu

Chacun son ratio, chacun sait combien il doit consacrer à la prospection et à la vente, et combien consacrer à livrer ses mandats et ses missions. J’avais mes chiffres, et évidemment j’avais sous-estimé l’importance de la prospection et le coût d’acquisition des clients. C’est un classique, une des raisons de l’échec de nombreuses entreprises, qui ont pourtant de superbes compétences, services, produits ou solutions.

En quelques années, la vente s’est transformée, l’outil central (le téléphone) est devenu beaucoup moins accepté. Le social selling, les chatbots, les emojis, Snapchat, Instagram et le growth hacking sont arrivés. Il a fallu s’adapter chemin faisant.

La relation de confiance – le centre du réacteur pour nos métiers de service.

Dans nos métiers, sans confiance, la maîtrise n’est rien !

Une fois que l’on se trouve convié dans la bonne salle avec la bonne personne (en général le CEO et/ou le CFO), et que la relation de confiance est en place, alors tout se déroule comme prévu, je sais gérer !

Par contre, arriver dans cette salle avec la bonne personne, pour pouvoir initier le dialogue, c’est devenu beaucoup plus complexe. Un art, une science ! La force de la marque joue un gros rôle. La modification des relations B2B est en pleine transformation aussi. Le phygital est passé par là.

Lors de la dernière remise de diplôme du programme MRHC, le programme de MAS RH, dans lequel j’ai le plaisir d’intervenir, j’ai appris que cette relation de confiance, cette base éthique à partir de laquelle, on peut envisager de collaborer sereinement, et bien cela porte un nom, et qu’il s’agissait du contrat psychologique. Il est parfois mis à rude épreuve. A l’inverse, lorsque l’on a la chance d’avoir cette relation de confiance bien en place, la performance est au rendez vous.

Cette relation de confiance avec les clients, j’y crois, et c’est la base de toute mon activité. C’est ma base. C’est sur cela que je souhaite construire les cinq prochaines années.

Merci !

Comment finir ce petit post-bilan sans remercier toutes celles et tous ceux qui ont cru en moi. Parfois, je sais que ce n’était pas évident.

La réussite, je la mesure à la qualité des personnes qui m’entourent. Maintenant, vous le savez ! 😉

Je pense particulièrement à celles et ceux qui m’ont soutenu dans les moments difficiles, les traversées du désert (il y en a, cela fait partie du parcours), ou les moments de doute, de remise en question. La bonne question au bon moment. Le petit sourire. La petite tape sur l’épaule. Le petit mot de soutien, souvent discret. La petite attention. Cela n’a l’air de rien. Mais c’est grâce à cela que l’on persiste et que finalement cela décolle.

Merci donc à tous mes proches, à tous mes amis, à tous mes clients, à tous mes fournisseurs et à tous mes partenaires.

Chaque avis, chaque conseil, chaque mot de soutien m’ont permis d’aborder 2020-2025 avec sérénité, motivation et détermination.

En 2025, mon fils aura 20 ans, ma fille en aura 15, j’espère qu’ils auront envie d’entreprendre et d’innover et qu’ils auront la force de réaliser leurs rêves. Au delà d’eux, espérons surtout que ce sera toute une génération d’entrepreneurs éthiques et responsables qui va émerger pour s’attaquer aux challenges environnementaux et sociétaux qui se trouvent devant nous.

Joyeuses fêtes de fin d’année à toutes et à tous.

Yves.

Une aventure palpitante, une obsession pour l’innovation et un exemple de management.

  • Comment innover dans le secteur de la propreté et de l’environnement ?
  • Comment gérer les phases de croissance et le passage à l’échelle ?
  • Pourquoi les meilleures pratiques de management ont elles un effet sur la performance de l’organisation d’une PME ?
Christian Lange, CEO de Glutton, Manager de l'année dans Trends Manager.

De passage en Wallonie, dans la région de Namur, pour visiter l’usine ultra moderne de la société Glutton®, j’ai pu découvrir l’ambiance d’équipe de toute l’équipe de cette entreprise innovante dans le secteur du nettoyage, de la propreté et de la sécurité dans les hyper-centres urbains.

Cette visite m’a permis de découvrir le lieu bien sûr, mais surtout les méthodes de management, la vision et les valeurs de cette entreprise, basée à Andenne, située entre Bruxelles, Charleroi et Liège.

Parmi les atouts de Glutton, j’ai pu apprécier la modernité de l’architecture, l’originalité de l’architecture intérieure, le bon usage des écrans digitaux et aussi l’existence de la salle de détente.

Architecture intérieure des espaces de travail

Toutes les fonctions de l’entreprise cohabitent sur le site (R&D, Achats, Production, Test, Administration, Commercial et Marketing, Finance). C’est une des raisons du succès et de la rapide croissance de Glutton.

Visite de l’usine

J’ai eu le plaisir de rencontrer toute l’équipe et d’être accueilli chaleureusement par le fondateur et de CEO de Glutton®, Monsieur Christian Lange, qui a pu partager avec moi la genèse de l’entreprise, les valeurs qu’il a instauré, les rencontres régulières entre employés, et les succès commerciaux à répétition.

Nous avons pu échanger sur les meilleures méthodes commerciales pour lancer leur nouveau produit à moteur électrique: la balayeuse de voirie 100% électrique, le Glutton Zen, et sur l’organisation de l’entreprise centrée sur le client.

Monsieur Christian Lange participe au prestigieux concours du manager de l’année. Il fait partie des 10 sélectionnés, en très bonne compagnie, j’ai voté pour lui, et je vous invite également à le soutenir sur le site www.managerdelannee.be avant le premier décembre 2019.

Pour tout savoir sur Glutton®.

Les moments forts des « open living lab days 2019 » à Thessalonique.

Arrivée matinale. Passage devant la Tour emblématique de la ville. Ici, c’est la Macédoine !
La découpe laser a tourné à plein régime, pour illustrer nos modes de transport en triangle pour co-créer des solutions de mobilité urbaine dans les centres villes pour l’expérience du « Last mile » de demain.
Métamorphose de la table de ma chambre en « fablab éphémère »: carte, ficelle, scotch, et bien sûr Icosahedrons, qui ne me quittent plus.
Une version collector de notre Icosahedron
Avant d’animer l’atelier sur le « futur de la mobilité des centres urbains » pour de vrai, on le teste avec nos amis des francophonies Living Lab.
Restaurants, bar, terrasse, c’est dehors que cela se passe à Thessalonique !

Notre papier de recherche, co-rédigé avec Isis Gouédard, a été sélectionné, notre présentation a permis de proposer à notre audience de considérer que l’on peut être sérieux tout en utilisant les mécanismes des jeux.

Collaborer, mythe ou réalité ?

Peut on collaborer sur tout ? Oui, on peut collaborer sur tout, mais pas avec n’importe qui (clin d’oeil évidemment à Coluche, on a les références qu’on peut).

De pair à pair ? Ok, mais pas avec toi !

Tout le monde parle de l’économie collaborative au niveau « macro », c’est certain, cela va être un carton, oui mais personne ne nous a vraiment bien expliqué comment collaborer au niveau « micro ».

A l’heure où l’on voit bien que nous allons devoir collaborer de plus en plus plutôt que d’entrer en compétition systématique, où l’on se rend compte que les modèles économiques qui reposaient sur une asymétrie de l’information, ou un accès privilégié aux ressources naturelles, doivent se réinventer, et où intelligence artificielle, blockchain, automatisme et objets connectés prennent une place grandissante dans notre vie, comment faire pour bien s’entourer ? Avec qui allons-nous être compatible, complémentaire et avec qui allons nous avoir envie et plaisir à collaborer ?

Qui es-tu bel(le) inconnu(e) ? Es-tu compatible et complémentaire avec moi ?

Jusqu’à présent, il était clairement établi que l’on ne choisissait pas les personnes avec qui on travaille, ni son chef, ni ses collègues, ni ses clients. Il faut faire avec. Mais, cela, c’était avant !

Désormais, nous tendons vers une société où nous serons toutes et tous, à la fois plus indépendants, plus résilients, mais vraisemblablement moins fidèles à nos employeurs, car moins fidélisés.

Dès lors, trouver les bons associés, les bons amis, les bons partenaires devient encore plus important.

Comment faire pour trouver les bons et les garder ?

Comment les chercher, comment les trouver, comment se mettre d’accord et comment durer ensemble pour former une belle équipe d’associés.

Vaste question, large débat.

Les modèles d’association et autre pacte d’actionnaire existent depuis bien longtemps, mais ce n’est pas de cela dont il s’agit.

Pour que l’économie soit collaborative, il faut trouver les bonnes personnes avec qui on peut collaborer.

Ce n’est pas uniquement une question de proximité. Ce n’est pas uniquement la fréquentation d’un même lieu qui va tout faire et qui va permettre la collaboration. Les lieux, aussi agréables soient-ils, ont par ailleurs aussi des hauts et des bas, voir ce qui arrive à WeWork. Nous pensions qu’ils allaient manger tout cru tous les espaces sympas de coworking, il y a quelques mois, et les voilà en difficulté.

Alors les réseaux sociaux peut-être? Le monde virtuel créateur de lien. Et bien, non. N’importe qui contacte n’importe qui d’autre pour tout un tas de mauvaise raisons, notamment pour leur vendre ce qu’ils n’ont pas vraiment demandé. Il suffit de payer un peu pour pouvoir envoyer un message direct à quasiment n’importe quelle personne cible dans LinkedIN. Sans présentation, sans intermédiaire, sans briser la glace, sans même devoir prendre un café !!!

C’est sans doute beaucoup plus subtile que cela. Trouver les bonnes personnes (de préférence) avant de s’associer, c’est en fait un travail de longue aleine. C’est de plus en plus complexe et multi-dimensions et c’est précisemment pour cela que cela devient intéressant.

Etre 100% nomade et sans attache alors ? Et bien, non plus. Voir les mésaventures de The Shared Brain, uberisateur uberisé ? pourtant super prometteur à leurs débuts.

Il doit bien y a quelques pistes intéressantes pour ne pas se tromper. Je pense notamment à The Slicing Pie pour proposer une méthode fair et équitable pour s’associer.

Ah oui, en plus de trouver les bonnes personnes, il faut aussi que le modèle collaboratif (contribution & rétribution) soit équitable, sinon, personne n’a envie d’être le dindon de la farce. Ensuite il faut se mettre d’accord sur les rôles, les responsabilités. Après cela ne fonctionne quasiment jamais comme prévu…

Bref, tout cela pour dire que je n’ai pas encore trouvé la solution. En design thinking, j’ai appris que ce n’est pas grave, et que l’essentiel, c’est de passer plus de temps dans la phase d’empathie. Finalement, cette phase d’empathie est plutôt agréable, voire carrément très agréable.

On rencontre des personnes toutes plus intéressantes les unes que les autres. C’est en tout cas ce qui m’arrive en 2019, et c’est super agréable !

Notamment en cette période de rentrée avec notamment notre petit groupe de réflection sur les communautés d’intérêt, et de valeurs, la mise en place de la SBA Suisse, l’organisation du Global Goals Jam à Genève, le déplacement à Thessalonique pour les Open Living Lab Days, l’initiative Isynnov, le Living Lab de Mobilité Douce SnailMobLab, le hackaton, le défilé de mode éthique et responsable, la célébration du bicentenaire de l’ESCP à Genève, et tous nos petits groupes de travail secrets. Bref, un belle liste d’expériences magnifiques et de rencontres inspirantes. Pourvu que cela dure !

Et si le bon modèle, c’était chacun chez soi et on se rencontre quand on en a besoin ?

Tous indépendants ? tous autonomes ? tous interdépendants ? C’est probablement ce vers quoi nous nous dirigeons dans notre merveilleux monde des MeetUps, des start-ups, des scale-ups et des entrepreneurs (« wannabe », « dontwannabe » et « nottoosureyet » entrepreneurs).

Des associations de petits groupes à géométrie variable, le temps d’un projet qui se passe bien. Sans doute pas plus. Nous nous dirigerions donc vraisemblablement vers de nouvelles formes de collaboration. Finies les réunions inutiles et interminables (tant mieux), et découvrons ces milles endroits où nous allons réinventer le monde !

Une mauvaise expérience ? Arrêtons tout de suite et plus jamais cela.

Un ego surdimensionné, un mauvais payeur, un incompétent ? Aujourd’hui cela se sait très vite. Savoir qui éviter, c’est devenu aussi très important.

Evidemment que lorsque l’on croise quelqu’un et que cela se passe mal, on a désormais beaucoup plus de latitude pour ne plus jamais perdre de temps avec cette personne. (évidemment cela ne vaut que si ce n’est pas votre chef ou votre client principal), mais disons à minimum que nous pouvons chercher plus facilement des alternatives.

Une bonne expérience ? Cela donne envie de recommencer et d’aller plus loin dans la collaboration.

Alors que retenir de tout cela ? Faisons quelques hypothèses prospectives.

  • Peut-être que les nouvelles formes de gouvernance, plus horizontales, moins centralisées, plus participatives, plus simples, vont elles-aussi se développer et trouver leurs places. A condition que cela n’empêche pas d’avancer. N’a t-on pas trop entendu l’adage : « Tout seul, on va plus vite, ensemble on va plus loin. » Peut-être mais cela dépend aussi avec qui ? Aucune envie d’aller plus loin plus longtemps avec des personnes qui ne sont même pas drôles !!! C’est un peu comme choisir avec qui on va passer nos prochaines vacances. Vaut mieux bien s’entendre.
  • Peut-être que les communautés de valeur et d’intérêt vont se faire et se défaire plus rapidement, au fur et à mesure que l’on clarifie les visions que l’on croyait partagées, et que l’on explicite les divergences émergentes.
  • Peut-être aussi que les espaces d’innovation vont se remplir et se vider encore plus rapidement que ce que nous pensions.

Avant, nous travaillons pour un employeur toute sa vie, et on travaillait avec les mêmes collègues toute sa vie. Il fallait faire avec les bons et les moins bons ! Je ne sais pas si c’était la panacée, mais c’était en tout cas relativement stable et prévisible. Nous avions le temps de les évaluer, de es apprivoiser, de créer la relation de confiance et de trouver nos affinités dans le temps long.

Aujourd’hui, et sans doute encore plus demain, nous devons nous préparer à collaborer avec beaucoup plus de personnes différentes dans des temps beaucoup plus courts.

Alors comment choisir, comment filtrer, comment sélectionner ?

Les hard-skills ? CEO/CFO/CTO… ? Mouais. C’est bien mais cela ne suffit pas pour constituer une équipe de rock-stars. Cela implique que nous devons déveloper nos aptitudes de flexibilité et notre capacité à accorder sa confiance et à tolérer l’autre beaucoup plus vite, voire instantanément et a priori.

Là encore, pas certain que nous y soyons toutes et tous bien préparés.

Existe-t-il des canaux, des formations, des livres pour ne pas se tromper, pour faire les bons choix ? Plus important que du recrutement, plus important que de la prospection commerciale. Comment trouver l’oiseau rare, en qui avoir confiance ?

Et toi, quel est ton pipeline d’associés potentiels ?

Si choisir ses associés, c’est au moins aussi important que trouver son prochain client, comment mettre en place une veille active pour faire appel aux bonnes personnes au bon moment ?

Je rêve de trouver celles et ceux qui me font avancer, qui me font aller plus loin, et que je peux aider et soutenir. Et vous, comment vous y arrivez comment ? 🙂