Le modèle de capitalisme 3.0 de la Nouvelle Europe sera-t-il anglosaxon, rhénan ou complètement réinventé ?

Publié: 2017-12-17 dans économie, Français
Tags:, , , , , , , , , , , ,

On sent bien que les modèles économiques du passé sont essoufflés, on commence à découvrir que nous avons suivi aveuglement le « capitalisme des zinzins », jusqu’au jour où on se rend compte que la multinationale anglosaxone pour laquelle nous avons donné corps et âme, suit une logique qui n’est pas la nôtre.

Lorsqu’on prend le prisme des pays, on se rend compte que les capitalismes nationaux restent très divers, car leurs institutions restent très différentes.

Il y aurait ainsi, d’un côté, le capitalisme de marché des pays anglo-saxons qui confie aux marchés financiers l’assurance individuelle des risques et, d’un autre côté, les économies sociales de marché, présentes en Europe continentale, où la protection sociale et la régulation publique du marché du travail sont plus importantes.

Alors, puisque plusieurs modèles existent, découvrons-les, et puisqu’il n’est pas interdit d’être acteur de son futur, explorons les pistes d’une troisième voix.

  • Que voudrions-nous que le capitalisme 3.0 soit ?
  • Que faire pour parvenir à nos fins ?
  • Avons nous bien fait d’aller tous nous inspirer au même endroit et de ne reproduire que le modèle anglosaxon, en oubliant que nous ne sommes pas la Silicon Valley, en ramenant des demis-idées, et en essayant de les répliquer sans les adapter à nous, à la « nouvelle Europe » des 27 ?
  • Quelles alternatives au capitalisme financier peuvent être considérées pour le 21ème siècle ?

Le-capitalisme

1- Prendre notre revanche sur le capitalisme zinzin

Pas besoin d’être un grand économiste pour observer que le capitalisme néo-américain, anglosaxon, va droit dans le mur. Avec l’élection de Trump et les conséquences du Brexit, que nous sommes en train de vivre, nous assistons à un repli sur soi.

On peut imaginer que seuls le Royaume Uni et les Etats-Unis, vont persister dans cette voix du capitalisme anglosaxon, nostalgique d’un temps passé perdu, et vont devenir les seuls à croire que le repliement sur eux-mêmes est la solution à tous les problèmes.

Le fait que cela s’accompagne d’un déni des problèmes de changement climatique, confirme l’hypothèse que ce capitalisme est « zinzin » et ne regarde pas les réalités en face. Puisque les anglosaxons nous tournent le dos, pourquoi leur tendre les bras ???

Tu peux suivre un modèle capitalistique « zinzin » une fois, mais pas 15 !!!

 

Le-mur-de-l-argent

2- Redécouvrir le capitalisme rhénan

On l’avait presque oublié, mais le capitalisme rhénan existe !!! Il a l’avantage de correspondre géographiquement à la nouvelle Europe des 27, celle qui dès mars 2019 ne comprendra plus le Royaume Uni, qui n’aura plus son mot à dire. Ce capitalisme inspire La Suisse, l’Autriche, l’Allemagne, les Pays Scandinaves et va même au delà de l’Europe, avec le Japon. Lorsqu’on voyage dans les pays de l’Europe de l’Est et du Sud, on voit tout le potentiel de cette nouvelle Europe.

Dès 2019, (autant dire demain), nous voterons sans doute pour des candidats de ces pays, autant commencer à aller au contact, aller vers eux, pour comprendre leurs modèles. L’éducation et la culture de ces pays est d’une richesse incroyable. Ils ont vécu autre chose que le capitalisme pendant des années, l’expérience qu’ils ont vécu, bonne ou mauvaise, peut aider à inventer un nouveau modèle économique.

Par ailleurs, le fait que l’Allemagne ait ouvert ses portes lors de la crise des réfugiés, semble aussi indiquer une approche plus humaniste et moins tournée vers elle-même.

nature-humaine-capitalisme-L-vuXlH7

3- Inventer un capitalisme 3.0 (de préférence, centré sur l’humain, sur le bonheur et sur l’humanitude).

Tel était le challenge que nous nous étions fixé à l’occasion d’un atelier, pour inventer Genève 2050. J’avais le plaisir d’animer une des 8 tables de travail, avec d’importants acteurs publiques.

Parmi les pistes à explorer :

  • Impulsion de la transition écologique par les organisations transnationales
  • Résolution des tensions environnementales par l’information
  • Basculement vers un appareil productif soutenable
  • Intégration de la responsabilité écologique dès la prime enfance.

Les résultats de ces travaux sont confidentiels et en cours de consolidation. Cependant, lorsque l’équipe de la table que j’animais, a commencé à se mettre dans la peau de la génération née dans les années 2030, le modèle anglosaxon est apparu assez clairement comme le contre-modèle, celui à ne pas suivre. Alors que les exemples vertueux, semblent tous venir du modèle rhénan et également de l’envie de créer de nouvelles pistes, et de monitorer tout cela par un indice du bonheur.

images

En tout cas, le modèle « anglosaxon zinzin », ne semble plus séduire personne, notamment chez les « jeunes d’aujourd’hui », qui ont un rapport très nouveau au travail, ne veulent pas que leur destin « soit programmé par Facebook » et que leurs faits et gestes soient connus par « Google » & friends (vu le nombre des friends…)

Et vous, quelle piste pensez-vous que nous devrions suivre pour inventer un capitalisme compatible avec le bonheur de nos enfants ?

 

 

Publicités
commentaires
  1. Bien, merci Yves. Ne faudra-t-il pas abandonner le mot « capitalisme »? Capitaliser, optimiser le total de ses avoirs, ce n’est pas que la liberté économique, c’est un point de vue sur la liberté, et celui-ci s’oppose selon moi aux éléments de modèles que tu essayes de lui adjoindre. Pour moi au final se sera « capitalisme ou 3.0 » 🙂

    • Yves Zieba dit :

      Salut Thierry, merci pour ton commentaire. C’est très marrant que tu dises cela, car cela a été la conclusion de la synthèse qui a émergé de la table ronde que j’animais. (Je ne participai pas au contenu, je facilitai et restituai seulement). L’idée de rebaptiser « capitalisme 3.0 » en « économie 3.0 » puis « écolonomie 7.0 » a été proposée.